Quelle puissance faut-il pour rendre un robot intelligent?

Dossier robotique - Quelle puissance faut-il pour rendre un robot intelligent?

Photo Jesse-lee Lang - Fotolia.com


Alexis Le Marec

On a beau s'émerveiller devant les robots actuels qui font la conversation ou savent préparer des cocktails, mais le rêve est d'arriver à des machines intelligentes comme dans les films iRobot ou Alien. Vous pensiez que ce ne serait pas avant 100 ou 200 ans? Détrompez-vous, les futures générations de processeurs pourraient rendre ce fantasme bien réel.

Aussi sur Canoe.ca:

Outre l'aspect matériel des robots, leur intelligence artificielle est un enjeu de taille. Alors que faire mouvoir un robot représente déjà un tout un défi, lui montrer comment se comporter et évoluer sans mettre en danger la vie d'autrui va être incroyablement complexe, mais aussi la clé de leur succès.

L'arrivée et la disponibilité au grand public de nouveaux types de processeurs évolués vont ouvrir la voie à des robots qui interagiront avec vous comme s'ils étaient des êtres humains.

Un bogue et c'est la catastrophe

Au-delà de la puissance du processeur, c'est la programmation des robots qui s'avérera être une tâche complexe. Derrière chaque action qu'exécute un robot, il n'y a pas seulement un programme, mais bien des centaines qui communiquent entre eux pour accomplir le bon mouvement.

Pour aller chercher un verre d'eau, il faut que le robot se repère dans l'espace à l'aide de multiples capteurs contrôlés par des programmes, identifie une personne avec des programmes d'identification faciale, comprenne sa commande grâce à des programmes de compréhension et d'analyse de la voix, et ainsi de suite.

Chaque action nécessite ainsi des dizaines de programmes complexes communiquant avec d'autres, mais le danger est qu'un bogue vienne tout ruiner. Car si avec nos ordinateurs ces bogues parfois énervants sont tolérés ou sans réelles conséquences, ce ne sera pas le cas si le robot lâche un enfant par terre ou provoque un incendie.

Le robot parfait

Les robots contemporains dépendent de la technologie actuellement disponible ou en développement. À l'heure actuelle, ils permettent certes d'amener une personne âgée dans son lit, mais ils sont toujours à mille lieues du parfait robot domestique, capable de faire la cuisine sans laisser traîner un couteau avec lequel un enfant pourrait se blesser, ou qui saura répondre à toutes les demandes, mêmes complexes.

Un super ordinateur comme Watson est en mesure de répondre à toutes les questions pièges de Jeopardy et apprendre de ses erreurs. Toutefois, il occupe une pièce de neuf mètres carrés et est doté de 2880 processeurs… et ne possède même pas l'intelligence nécessaire pour reproduire celle d'un insecte...

Même si un robot domestique était équipé d'une puissance de calcul comme Watson, celle-ci ne serait pas encore assez poussée pour lui permettre de gérer tous les paramètres nécessaires à l'accomplissement de tâches complexes - comme faire la cuisine - sans danger.

Les technologies de pointe qui s'en viennent lui permettront de le faire. Cependant, le problème de bogues logiciels susceptibles de survenir demeure.

Apprendre des erreurs des autres robots

Afin de prévenir ou d'enrayer le risque d'erreur ou de bogue, des scientifiques ont conçu le projet RoboEarth. Précurseur en la matière, il s'agit d'un internet exclusivement réservé aux robots. Ces derniers pourront y partager leurs informations, à la manière d'un Wikipédia pour les robots.

Le projet a déjà permis à des robots d'échanger des cartes GPS, afin de se repérer sur un terrain, puis de télécharger des tâches à accomplir. À terme, ce système ouvert et auquel tous les robots pourront se connecter, leur permettra d'apprendre des erreurs des autres dans le but de ne pas les répéter.

Autre avantage, ils pourront également apprendre tout ce que les autres ont appris. On peut imaginer qu'un modèle de robot ayant appris à réaliser un bouquet de fleurs comme l'indique la culture d'un certain pays pourra l'apprendre à tous les autres.


Vidéos

Photos