Un portable par élève: les résultats positifs sont incontestables

Étude au Québec - Un portable par élève: les résultats positifs sont incontestables

Photo AFP / Chip Somodevilla

SHERBROOKE - Les dirigeants de la Commission scolaire Eastern Townships ont eu raison de se lancer, il y a 10 ans, dans l'audacieux projet de doter chaque élève d'un ordinateur portable.

Aussi sur Canoe.ca:

Étudiants canadiens: accros aux textos et au visionnement sur le web

Une toute récente étude le confirme: non seulement la qualité de son enseignement a augmenté, mais encore son taux de décrochage a chuté de moitié.

Lorsque, il y a 10 ans, la commission scolaire anglophone a décidé d'acheter 4 500 portables pour les distribuer à tous ses élèves de la 3e année du primaire jusqu'à la fin du secondaire, ils ont été nombreux à croire que ses dirigeants étaient déconnectés de la réalité. Pour plusieurs, les finances étaient plus importantes que l'apprentissage. «Pour nous, c'était le contraire», a souligné le pdg de l'Association canadienne d'éducation, Ron Canuel, qui était le directeur général de la commission scolaire à l'époque.

Au 67e rang des commissions scolaires du Québec sur 69 il y a 10 ans, la Commission scolaire Eastern Townships se retrouve aujourd'hui au 23e rang et son taux de décrochage est passé, pour la même période, de 42 à 22 %.

Selon Thierry Karsenti, de la Chaire de recherche du Canada, aucune autre commission scolaire au Québec n'a ainsi réduit son taux de décrochage scolaire en deux. «Mais ce ne sont pas que les technologies, a-t-il insisté, c'est l'usage qui en est fait».

Selon les enfants rencontrés, il est plus intéressant de faire des maths sur son portable que dans une page de cahier. «Ça va plus vite, on peut faire plus de travail!»

«C'est vraiment magique de voir les élèves qui vont apprendre à apprendre, à penser, puis qui sont excités et engagés dans leur apprentissage», constate l'une des enseignantes. Leurs commentaires reflètent fidèlement les conclusions de l'enquête, menée auprès de 2712 élèves et 389 enseignants.

Un constat qui amène le responsable de l'enquête à souhaiter que chaque élève ait son portable.

«Notre problème, déplore la directrice générale de la Commission scolaire Eastern Townships, c'est de continuer d'acheter de nouveaux équipements en raison des coupures.»


Vidéos

Photos