André Boily
Agence QMI

Au repos, un Android transmet 10 fois plus de données qu'un modèle iOS

Au repos, un Android transmet 10 fois plus de données qu'un modèle iOS

Pas si au repos que ça les appareils Android !

André Boily

Selon une nouvelle étude, les téléphones intelligents Android transmettent en mode veille généralement des données dix fois plus souvent à Google que les appareils iOS à leurs serveurs.

Cette étude est le fruit de l'université Vanderbilt (Nashville, Tennessee) où travaille le professeur de sciences informatiques Douglas C. Schmidt.

Dans celle-ci, le scientifique arrive à des conclusions assez étonnantes sur la quantité d'informations que Google collecte sur les consommateurs qui utilisent les produits de la société, et ce même si ces derniers ne se servent pas de leurs appareils, téléphones intelligents ou tablettes.

En mode veille ou inactif, un téléphone Android avec le navigateur Chrome actif en arrière-plan communiquait en 24 heures des données de localisation environ 340 fois aux serveurs de Google.

50 fois plus de requêtes par heure

En comparaison, un téléphone iOS d'Apple avec le navigateur Safari ouvert en arrière-plan (mais pas Chrome), Google ne pouvait collecter aucune donnée appréciable à moins que l'utilisateur n'utilise son appareil.

En outre, M. Schmidt a découvert qu'un appareil Android inactif avec Chrome envoyait vers Google près de 50 fois plus de requêtes de données par heure qu'un iPhone inactif sous Safari. Dans l'ensemble, c'est 10 fois plus souvent qu'un appareil iOS communiquant avec les serveurs Apple.

Anonymes ? Pas tout à fait

Par exemple, sur un appareil Android, les identifiants publicitaires «anonymes» qui collectent des données d'activité sur les applications et les visites de pages Web tierces peuvent être associés à la véritable identité Google d'un utilisateur en transmettant des informations d'identification vers les serveurs Google. Cet amalgame permet d'identifier l'utilisateur avec des données soi-disant anonymes.

Cette collecte de données fait suite aux révélations de l'agence Associated Press qui a révélé que Google continue d'enregistrer les données de localisation même si l'utilisateur a désactivé ce réglage dans ses applications.

Pour Google, le modèle d'affaires repose justement sur la collecte de données qui lui rapporte d'importantes sources de revenus.

Chez Apple

Le géant Apple collecte lui aussi des données des téléphones et tablettes, mais les données ne sont pas croisées avec d'autres sources. Ces données servent surtout à améliorer les services et les suggestions de Siri, à identifier des sites Web problématiques qui utilisent trop de ressources ou trop de mémoire du navigateur Safari. Lorsque les utilisateurs configurent leur appareil, Apple demande explicitement aux utilisateurs s'ils souhaitent fournir des informations d'utilisation de manière facultative. En cas de refus, aucune donnée n'est collectée par Apple, à moins de choisir d'y participer ultérieurement.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos