RelaxNews

N.-Y.: des bornes Wi-Fi remplacent les téléphones publics

N.-Y.: des bornes Wi-Fi remplacent les téléphones publics

On peut y connecter son téléphone ou sa tablette à un réseau Wi-Fi 20 fois plus rapide que l'ordinaire à New York. Photos AFP

Les bornes interactives ont commencé à pousser comme des champignons sur la 3e avenue et la 8e avenue: New York est en train de se doter du réseau Wi-Fi gratuit le plus étendu et rapide au monde, pour remplacer ses vieilles cabines téléphoniques.

Impossible de ne pas les voir: les bornes rectangulaires, baptisées LinkNYC, font 2 mètres 89 de haut pour 88 cm de large. De chaque côté, des publicités défilent sur écran numérique. Et sur leur tranche de 25 cm, des services, tous gratuits, pour les touristes et les New-Yorkais.

On peut y connecter son téléphone ou sa tablette à un réseau Wi-Fi, vingt fois plus rapide que l'ordinaire à New York. Son rayon est d'au moins 45 mètres, pouvant aller parfois jusqu'à 100 mètres.

Une tablette tactile intégrée à la borne permet d'appeler gratuitement n'importe quel numéro aux États-Unis, avec la possibilité de brancher un casque pour préserver l'intimité de la conversation. On peut aussi depuis la tablette consulter une carte pour trouver son chemin, parcourir l'internet, appeler les services d'urgence ou la mairie.

Des prises permettent enfin de recharger téléphones et tablettes.

Le projet avait été annoncé en novembre. Depuis janvier, CityBridge, le consortium qui a remporté le marché, en a déjà installé 140, dont 40 sont pleinement opérationnelles sur la 3e et la 8e avenue, 24 heures sur 24.

Quelque 510 devraient être implantées d'ici l'été dans les cinq arrondissements, et CityBridge prévoit d'en installer 10 000 au total dans les 12 ans, la durée de son contrat avec la mairie.

Les premiers retours ont été «extrêmement positifs», affirme Jen Hensley, directrice générale de LinkNYC. «Tout le monde est vraiment enthousiaste, ils sont très impressionnés par la vitesse et la fonctionnalité», ajoute-t-elle.

D'autres grandes villes dans le monde ont aussi leur réseau Wi-Fi gratuit. «Mais nous pensons qu'entre la conception du réseau et sa taille finale, le nombre de bornes qui seront disponibles à New York, nous sommes le réseau le plus important et le plus rapide au monde», dit Mme Hensley.

Le coût de l'opération, 200 millions de dollars, est financé par la publicité locale qui défile des deux côtés des bornes: pour une nouvelle exposition, une banque, un endroit à visiter à New York, ou pour rappeler qu'il ne faut pas faire de textos en conduisant...

Ces publicités devraient rapporter au total 500 millions de dollars à la mairie, leurs profits étant partagés à 50 % entre la ville et le consortium.

Pour capter le Wi-Fi , il faut, la première fois, entrer son adresse courriel. La connexion se fera ensuite automatiquement, quelle que soit la borne à proximité.

Collecte contestée de données

Certains se sont émus du risque d'atteinte à la vie privée, avec cette obligation de donner son adresse courriel pour se connecter au Wi-Fi.

La branche new-yorkaise de l'ACLU, association de défense des libertés individuelles, a même écrit à la mairie à la mi-mars, pour s'inquiéter du fait que l'utilisateur de LinkNYC, outre son adresse courriel, doive accepter que CityBridge puisse collecter des données sur les sites internet visités depuis la borne, pouvant être conservées pendant un an.

«L'utilisateur d'un Wi-Fi public ne devrait pas avoir à accepter cette collecte illimitée d'informations pour pouvoir se connecter à internet», a écrit la NYCLU.

Mais LinkNYC juge ces inquiétudes infondées, affirmant avoir négocié avec la ville une politique donnant la priorité au respect du consommateur.

«Nous ne vendrons ni ne partagerons jamais d'information personnelle identifiable avec des tierces parties, ni ne les autoriserons à les utiliser pour leur propre intérêt», assure Mme Hensley. «À ce stade nous ne collectons pas de données sur ce que les gens font sur internet», ajoute-t-elle, sans pour autant l'exclure à terme.

Quelque 8000 cabines téléphoniques, souvent en très mauvais état, existent encore à New York. Beaucoup ne servent plus. Elles seront progressivement détruites, au fur et à mesure que seront installées les nouvelles bornes interactives.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos