Rob Lever
AFP

Le téléphone intelligent pour remplacer la carte bancaire

Le téléphone intelligent pour remplacer la carte bancaire

Photo Archives / AFP

Rob Lever

Le téléphone intelligent, qui ne cesse d'envahir de nouvelles parties de la vie quotidienne, pourrait bientôt également remplacer les cartes bancaires dans des distributeurs de billets d'un nouveau genre, censés rendre les retraits plus rapides et plus sûrs.

Des dizaines de banques américaines et d'autres groupes financiers autour du monde sont en train d'installer de nouveaux distributeurs «sans cartes» ou de mettre à jour les existants pour permettre à leurs clients de commander du liquide sur une application mobile et de numériser un code pour obtenir leur argent.

Parmi les poids lourds du secteur bancaire aux États-Unis, Bank of America est «actuellement en train de développer une nouvelle solution sans carte pour les distributeurs», basée sur la technologie de communication de proximité sans contact NFC, indique une porte-parole du groupe, Betty Riess.

Le déploiement est prévu à partir de fin février sur certains distributeurs de la Silicon Valley, à San Francisco, Charlotte, New York et Boston, et «ce sera suivi par un lancement plus large en milieu d'année», détaille-t-elle.

Chase dit prévoir un déploiement similaire cette année. Au départ, «les clients pourront demander un code d'accès par l'intermédiaire de l'application mobile Chase, et le taper au distributeur pour faire leurs transactions», précise Michael Fusco, un porte-parole. «Par la suite, ils pourront utiliser leur porte-monnaie électronique mobile pour faire des transactions au distributeur.»

Chez Wells Fargo, on évoque aussi un dispositif où les clients utiliseront leur téléphone intelligent pour obtenir un code à huit chiffres autorisant un retrait de billets. Le système fonctionnera au départ avec Android Pay «et nous continuerons d'évaluer des porte-monnaie (électroniques) supplémentaires», indique Kristopher Dahl, un porte-parole.

Réduire les fraudes

Les fabricants de distributeurs et les fournisseurs de logiciels financiers mettent les bouchées doubles pour répondre à la demande pour les nouveaux systèmes qui, selon eux, présentent plusieurs avantages.

«Nous pensons que notre modèle (utilisant des téléphones intelligents) réduit beaucoup de vulnérabilités», assure Doug Brown, en charge des technologies mobiles chez FIS Global, un des principaux fournisseurs de logiciels et de technologies pour les distributeurs automatiques.

Le système sans carte bancaire de FIS fonctionne déjà dans environ 2000 distributeurs opérés par au moins 28 banques aux États-Unis, «et nous cherchons à rapidement l'étendre», indique-t-il. Il devrait être opérationnel sur 80 000 machines en Amérique du Nord dans les 18 prochains mois, et des changements similaires sont attendus dans d'autres pays.

Selon Doug Brown, le dispositif réduit le risque de fraude, notamment l'insertion éventuelle de dispositifs dans un distributeur pour cloner les cartes bancaires qui y sont insérées. Certaines estimations chiffrent à 2 milliards de dollars les coûts de ces clonages criminels pour le secteur bancaire mondial.

Un autre bénéfice évoqué par Doug Brown est la réduction du temps passé au distributeur: seulement 10 secondes environ quand l'authentification du client se fait sur le téléphone intelligent, contre 30 à 40 secondes avec l'insertion habituelle de la carte bancaire.

«Cela fournit davantage de sécurité physique, parce qu'ils peuvent faire la transaction plus rapidement», fait-il valoir.

Distributeur sans écran ni clavier

Le fabricant américain de distributeurs Diebold teste pour sa part un caissier automatique sans écran ni clavier, qui fournit du liquide uniquement en interagissant avec le téléphone intelligent.

«Ce que nous disons, c'est oubliez le lecteur de carte, oubliez le code secret, nous avons tous ces appareils dans nos poches», commente Dave Kuchenski, un dirigeant de Diebold en charge des nouvelles technologies.

Le client n'a qu'à confirmer son identité, ce qui peut se faire avec le lecteur d'empreinte digitale du téléphone, ou éventuellement avec un numériseur d'iris sur le distributeur.

Certaines machines actuelles de Diebold peuvent fonctionner avec des applications mobiles, mais Dave Kuchenski affirme que le nouveau concept, testé entre autres avec la Citibank, pourrait apporter «une meilleure expérience à l'utilisation».

«Si nous utilisons un téléphone mobile, nous n'avons plus besoin d'une carte, nous n'avons plus besoin d'un reçu imprimé, nous dématérialisons beaucoup d'appareils, résume-t-il. Les banques aiment cela, parce qu'il y a moins de composantes, donc ça réduit le coût total.»

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos