RelaxNews

Vers la fin des téléphones intelligents BlackBerry

BlackBerry Priv

Voir en plein écran

L'annonce de 200 licenciements est une étape supplémentaire de la restructuration nécessaire de BlackBerry. Le constructeur canadien propose aujourd'hui avec une offre famélique et affiche des ventes de téléphones intelligents misérables nécessitant un changement de cap.

De fait, BlackBerry semble de plus en plus s'orienter vers des applications pour les particuliers et des services pour les entreprises.

Aujourd'hui, BlackBerry n'affiche en effet qu'une part de marché infime dans les ventes de smartphones dans le monde (0,3 % au 3e trimestre 2015 selon Gartner). Signe des temps, c'est désormais le secteur des logiciels et plus spécifiquement de la sécurité pour les entreprises qui devient le plus porteur pour la marque, forcée de diversifier son offre.

BlackBerry ne jure plus que par Android

Laissant à l'abandon don système d'exploitation maison, BlackBerry a prévenu que le Priv, sorti en 2015 était un appareil de transition vers l'écosystème Android. À noter que depuis la mise à jour 10.2.1 de son système d'exploitation, début 2014, BlackBerry autorise l'installation d'applications Android sur ses téléphones.

Le BlackBerry Priv (pour «Private») est une phablette dotée à la fois d'un écran tactile de 5,4 pouces (2560x1440 pixels) et d'un clavier physique coulissant. Orienté haut de gamme, le téléphone dispose notamment d'un capteur principal de 18 Mpx doté d'un autofocus et d'un stabilisateur d'image, capable notamment de filmer en 4K. L'appareil est compatible NFC et propose une autonomie d'environ 22 h en utilisation mixte. Il comprend, par défaut, plusieurs applications spécialement dédiées à la sécurité des données. Comme toujours avec BlackBerry, ce téléphone intelligent s'adresse clairement aussi bien aux particuliers qu'en entreprises. Il est disponible pour 779 euros.

Dans la lignée du Priv, un second téléphone intelligent sous Android est prévu pour 2016. Rien de plus n'a transpiré pour l'instant sur de futurs terminaux chez BlackBerry, dont le coeur de stratégie se situe désormais dans les services, notamment aux entreprises, clientes historiques de la marque. Maintenant que BlackBerry a définitivement perdu la guerre du hardware, son redressement passe nécessairement par le logiciel.

À défaut de disparaitre complètement, les smartphones signés BlackBerry devraient se faire rares dans le futur.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos