Améli Pineda
Agence QMI

iPad à l'école: plus d'avantages que de défis

iPad à l'école: plus d'avantages que de défis

Photo Veronica Henri / Agence QMI

Améli Pineda

MONTRÉAL - Les tablettes électroniques ont la cote chez les jeunes. Bien qu'elles comportent des défis non négligeables lorsqu'elles sont introduites en milieu scolaire, leur potentiel est beaucoup plus important, révèle une étude de l'Université de Montréal (UdeM).

Plus de 10 000 élèves utilisent quotidiennement une tablette en classe au Québec, selon cette enquête sur l'utilisation des tablettes en milieu scolaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'éducation.

Au total, 6057 élèves de la sixième année du primaire à la quatrième année du secondaire ont été sondés.

Outil de travail ou de distraction ?

Bien que le risque de distraction existe réellement, Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire et professeur à la faculté d'éducation de l'UdeM, croit que les technologies demeurent un bon outil pour l'apprentissage des jeunes.

Selon lui, la clé du succès pour une intégration réussie de la tablette réside dans la formation adéquate des enseignants.

Il estime qu'en ayant les ressources nécessaires, les enseignants réussissent à responsabiliser l'élève en lui montrant que la tablette en milieu scolaire est un outil de travail complémentaire et non un divertissement.

Les bénéfices d'une telle approche éducative sont bel et bien présents. L'étude montre notamment que la motivation des jeunes s'accroît, que le partage d'information entre l'enseignant et ses élèves est plus efficace et qu'il est plus facile d'offrir aux élèves un apprentissage individualisé.

L'école primaire Wilfrid-Bastien, dans l'arrondissement de Saint-Léonard, intègre justement les nouvelles technologies. En 2009, les premiers iPad faisaient leur apparition dans une classe de sixième année.

Aujourd'hui, l'école compte quatre «iClasse» qui utilisent les technologies quotidiennement, en plus des autres classes qui se servent à différents niveaux de tablettes, portables et ordinateurs aux ateliers de classe.

Éducation physique, musique et arts plastiques, toutes les matières tirent profit du numérique, assure la directrice de l'école, Isabelle Massé.

Une charte d'utilisation des outils numériques a même été conçue. «Elle est revue chaque année et les jeunes savent qu'à l'école, les ordinateurs sont des outils de travail et non des outils pour jouer», dit-elle.

Intégration des réseaux sociaux

Alors que les jeunes baignent de plus en plus tôt dans l'univers des nouvelles technologies, la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île (CSPÎ) envisage d'utiliser les réseaux sociaux de façon pédagogique dans ses écoles.

«Nous avons soumis un projet de recherche qui s'échelonne sur quelques années et qui serait de concert avec l'Université de Montréal», a indiqué la porte-parole de la CSPÎ, Christiane St-Onge.

«Ça dépasse la sensibilisation des enfants et des parents à être des citoyens numériques responsables», a-t-elle ajouté.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos