André Boily
Agence QMI

Élections mi-mandat : les technos s'unissent pour stopper les interférences étrangères

Élections mi-mandat : les technos s'unissent pour stopper les interférences étrangères

Des copies-écrans de l'application Apple News pour les élections américaines de mi-mandat

André Boily

À l'approche des élections américaines de mi-mandat, les géants technologiques et les services de renseignements s'unissent pour contrer les interférences et les propagandes étrangères et russes.

Aucun doute, les Facebook, Apple, Google, Microsoft et plusieurs autres ne veulent pas voir se reproduire les interférences et autres fausses nouvelles d'organisations russes ou étrangères qui ont miné la dernière campagne électorale américaine.

En tout, huit sociétés technos, dont les deux plus grands médias sociaux (Facebook et Twitter), se sont rencontrées il y a un mois environ dans les bureaux de Facebook au campus Menlo Park.

Selon le New York Times, les dirigeants de ces huit sociétés ont parlé avec plusieurs responsables d'organisations de sécurité comme celles du Homeland Security et du FBI pour établir un groupe d'étude et d'action sur l'influence étrangère.

Ce genre de rencontre est une première entre les plus grandes sociétés de technologies et des responsables du gouvernement, lesquels se sont entendus pour prévenir toute ingérence étrangère dans les élections de mi-mandat. À ce propos, le 6 novembre prochain, les électeurs américains devront élire tous les membres du Congrès (435 sièges) ainsi qu'un tiers des 100 sièges du Sénat américain.

Une nouvelle application média par Apple

Apparemment, les agences gouvernementales répugnent à avoir une répétition de l'élection présidentielle de 2016, quand les agents russes ont exploité les plateformes de médias sociaux pour répandre la désinformation à des millions d'électeurs.

À cet effet, Apple a lancé hier une nouvelle section Élections de mi-mandat 2018 sur Apple News, laquelle sera gérée par une équipe de spécialistes pour publier les nouvelles et les analyses de sources fiables. Ceux-ci s'occuperont également de vérifier les sources et la véracité des faits. Cependant, cette application Apple News n'est disponible que sur la boutique App Store aux États-Unis.

Ici, pas d'algorithmes pour trier les nouvelles chez Apple, mais des humains en chair et en os pour limiter les nouvelles aux sources fiables. Tout le contraire de Facebook qui laissait les éditeurs et les utilisateurs de sa plateforme pour publier des nouvelles (stories) et qui s'appuie ensuite sur un mélange de technologies, d'algorithmes et d'éditeurs en personne pour extraire les sources les moins fiables. On se souvient queh Facebook a essuyé de nombreuses critiques sur sa gestion des fausses nouvelles, sans oublier les passages obligés du PDG Mark Zuckerberg devant des comités américain et britannique.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos