Ooma, le téléphone à prix réduit, tient-il ses promesses ?

Dossier

Le boîtier Ooma, nécessaire pour utiliser le service de téléphonie VoIP. Photo courtoisie


Alexis Le Marec

Appeler pour 4 $ par mois avec son téléphone fixe et pouvoir transférer ses appels sur son cellulaire? C'est ce que propose le service Ooma, nécessitant un boitier utilisant la technologie VoIP d'appels via Internet. Si ce service fait miroiter nombre d'avantages, il faut également considérer ses défauts avant d'y passer.

Aussi sur Canoe.ca:

Pourquoi payer chaque mois une vingtaine de dollars (ou plus) pour le téléphone alors que la VoIP est si abordable? La téléphonie IP était jusqu'ici réservée aux ordinateurs avec des logiciels comme Skype ou nécessitait l'utilisation de téléphones IP, plus spécialisés.

Le service Ooma propose de continuer à se servir de son téléphone traditionnel et même de son téléphone intelligent, reliés au boitier Ooma (via un fil ou une application). Or, ce dernier tient-il toutes ses promesses?

Installation et activation

Avant tout, il vous faut disposer d'un accès internet haut vitesse, et vous acquitter des 200 $ pour acquérir le boitier d'Ooma.

L'installation du boitier est très simple. Par contre, bien que le site d'Ooma soit disponible en français, la section servant à vous guider dans l'étape de l'activation par Internet n'a toujours pas été traduite.

Si vous avez de la difficulté à comprendre cette langue, vous allez être complètement perdus, particulièrement en ce qui concerne les conditions de facturation et lorsque vient le temps de fournir vos coordonnées bancaires.

Si vous voulez conserver vos numéros de téléphone résidentiel et mobile, cette opération prendra trois à quatre semaines selon Ooma et vous coûtera 40 $ (gratuit si vous vous abonnez au service «Premier»). Si vous voulez un nouveau numéro, habitants de Montréal, sachez que vous n'aurez pas accès à l'indicatif régional «514», mais seulement au «438».

Qualité du service

Une fois votre téléphone raccordé à Ooma, on l'utilise de la même façon qu'avec un opérateur traditionnel. La qualité d'appel est excellente, et ne souffre d'aucun problème particulier. L'afficheur d'appel et le répondeur sont offerts avec Ooma.

Si vous désirez également faire baisser votre facture mobile, une application sous iOS et Android au prix de 10 $ vous permettra de passer des appels Ooma depuis votre cellulaire.

En cas de panne de courant ou d'Internet

Voilà le gros problème d'Ooma, sa trop grande dépendance au web. En cas de panne d'internet ou d'électricité, le service de VoIP ne fonctionne plus. Si dans une grande ville on peut toujours demander de l'aide aux voisins, ceux qui vivent plus isolés auraient avantage à conserver leur téléphone pour rester joignables.

Ooma est-il intéressant?

Ooma sera rentabilisé plus ou moins vite suivant votre opérateur (vous pouvez calculer vos économies en fonction de votre tarif).

Chez Bell, par exemple, qui pratique les prix les plus dispendieux, avec un forfait de départ à 23,32 $ par mois sans aucun service, et un service de base à 33,32 $ avec l'afficheur, Ooma sera rentabilisé en 10 mois pour le service de départ, et en sept mois pour le service de base.

Vidéotron demande 17,35 $ pour le service de base, et 20,35 $ avec l'afficheur. Les délais s'allongent à 14 mois et 12 mois. Mais il faut également prendre en compte que les nouveaux clients de ce fournisseur paient moitié prix pendant un an.

Conclusion

Ooma est un service intéressant et coûte effectivement moins cher à long terme, mais il dépend des aléas d'internet. Si vous habitez un endroit isolé, mieux vaut conserver son téléphone.

Par contre, habitants des villes, Ooma sera plus ou moins vite rentabilisé selon le prix de votre forfait actuel. Nous vous conseillons toutefois de conserver un abonnement cellulaire.

Enfin, si vous ne parlez pas anglais, nous vous déconseillons fortement d'utiliser Ooma pour l'instant puisque le processus d'inscription est en anglais.


Vidéos

Photos