Taimaz Szirniks
AFP

Journalisme: les débuts chaotiques de la réalité virtuelle

Journalisme: les débuts chaotiques de la réalité virtuelle

Associée à l'univers du jeu, la réalité virtuelle pourrait aussi s'intégrer au monde de l'information.Photo Archives / Agence QMI

Taimaz Szirniks

La réalité virtuelle fait ses premiers pas dans le journalisme et place le spectateur au cœur de l'action, malgré de grosses difficultés techniques pour ses débuts, selon des professionnels réunis au Mipcom à Cannes, en France.

Les vidéos en réalité virtuelle, filmées à 360 degrés, renouvellent de façon spectaculaire la relation entre les médias et les spectateurs, en leur donnant la liberté de regarder tout autour d'eux, selon ces professionnels du Marché international de la télévision, qui se tient jusqu'à jeudi.

Sur un ordinateur ou un téléphone intelligent, la réalité virtuelle permet de se promener dans l'image, en rendant visible le hors-champ. Avec les rares casques déjà en vente, elle donne l'impression d'être dans l'image.

Pour filmer à 360 degrés, le caméraman utilise un appareil doté de plusieurs objectifs, qui filme l'intégralité de la scène.

Plusieurs expériences ont déjà été proposées. Pendant les Jeux olympiques de Rio, au Brésil, la BBC comme la chaîne américaine NBC ont montré des épreuves retransmises en réalité virtuelle. Autre exemple, ABC News couvre la campagne présidentielle américaine à 360 degrés.

Le quotidien The New York Times a offert de son côté plus d'un million de Google Cardboard (casque de réalité virtuelle en carton qui s'adapte à un téléphone intelligent) à ses abonnés pour qu'ils puissent visionner ses productions.

Mais les conditions de production de ces vidéos restent complexes.

La chaîne russe d'information en continu RT - dont les images tournées dans l'Est de l'Ukraine, puis en Syrie, donnent l'impression au spectateur d'être au milieu des ruines -, se sert autant de caméras coûtant plusieurs dizaines de milliers d'euros que de systèmes très légers conçus à partir de petites caméras GoPro.

Les images passent ensuite à travers plus de quinze logiciels, raconte Eduard Chizhikov, responsable des productions en réalité virtuelle de RT.

«La principale difficulté est de mettre la caméra au bon endroit», explique ce spécialiste, qui rêve désormais de filmer en réalité virtuelle les premiers pas d'un astronaute hors de la station spatiale internationale.

Rétablir un lien émotionnel

Alors que les producteurs de réalité virtuelle sont plutôt optimistes sur l'usage de cette technologie par les journalistes, un rapport publié en mars par la fondation américaine Knight met en avant plusieurs problèmes, notamment la lourdeur des outils de production, la disponibilité des casques et la qualité des contenus.

Les auteurs du rapport se demandent aussi dans quelle mesure les consommateurs d'information voudront intégrer la réalité virtuelle à leurs habitudes.

La chaîne Euronews a réalisé une vingtaine de vidéos depuis le lancement de son offre en réalité virtuelle en juin, avec le soutien financier de Google et technique de Samsung. La chaîne utilise la caméra à double objectif du constructeur coréen, qu'il suffit de poser à l'horizontale avant de la lancer.

«C'est spectaculaire et utile pour un média», souligne Thomas Seymat, qui développe la réalité virtuelle au sein de la chaîne paneuropéenne.

«Mais on essuie encore les plâtres, on résout pas à pas des ennuis techniques», ajoute-t-il.

Pourra-t-on bientôt regarder des événements en direct et à 360° sur son portable? «Pas avant plusieurs années», répond Thomas Seymat. «La technologie mobile, le réseau notamment, doit encore beaucoup évoluer avant que l'on puisse regarder de la réalité virtuelle en direct.»

Si elle réussit à devenir un des outils du journaliste, la réalité virtuelle permettra de «rétablir un lien émotionnel avec les spectateurs», espère Louis Jebb, fondateur de la plateforme britannique de vidéos en réalité virtuelle Immersiv.ly.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos