La réalité augmentée: le monde est-il enfin prêt ?

Québec

La réalité augmentée consiste à superposer des images 3D sur la réalité physique, en temps réel, grâce à l'écran des téléphone intelligents ou des tablettes. Photos courtoisie


David Nathan

MONTRÉAL - La réalité augmentée (RA) est un peu le «fantôme» de la technologie numérique. On en parle depuis des années, mais elle tarde à pointer concrètement le bout de son nez.

Cette technologie, qui consiste à superposer des images 3D sur de la réalité visible en temps réel - par l'intermédiaire des écrans des téléphone intelligents et des tablettes numériques, par exemple - semble enfin prête si l'on en croit les joueurs du secteur.

Pour Awane Jones, le directeur de la firme spécialisée en RA et conception interactive Merchlar, tous les paramètres sont là pour que la RA explose enfin.

«Je pense que le monde est prêt pour plusieurs raisons, à commencer par la généralisation des appareils mobiles numériques. Non seulement ils sont de plus en plus nombreux sur le marché, mais en plus, ils affichent des capacités de traitement de l'information très performantes, comme le dernier iPhone et son bi-processeur.

Quand on a commencé à parler de la RA autour de 2007, les applications qui étaient développées nécessitaient une caméra web. Aujourd'hui, la mobilité change vraiment la donne et les utilisateurs ne sont plus coincés derrière leur ordinateur.

De plus, l'utilisation des téléphones intelligents est rendue vraiment intensive, on parle de 150 utilisations en moyenne par jour par personne!».

Autre signe que la RA est en plein essor: de grands noms s'intéressent de près à cette technologie et l'intègre déjà dans leurs produits. Parmi les clients de Merchlar on compte par exemple le Festival de Jazz de Montréal, Desjardins ou encore Ubisoft.

La RA offre des applications pratiques telles qu'une visite en trois dimensions son futur appartement à partir d'un simple plan en 2D et de visionner une bande-annonce à partir d'une affiche de cinéma.

D'autres applications sont purement ludiques comme Chromian Wars, un jeu vidéo en RA développé par le studio montréalais Mira Lupa. Ou cette application pour enfants fans de 1, rue Sésame:

Explosion prévue dans deux ans?

Pour Serge Landry (avec Elie Charest sur la photo), chef de la direction de Mira Lupa, si la technologie est au point et que commencent à fleurir un peu partout les projets de RA, il faudra néanmoins attendre encore un ou deux ans avant de voir débarquer dans nos vies d'utilisateurs de technologies la RA.

«Il y a de plus en plus de buzz autour de la réalité augmentée depuis que des joueurs importants comme Google qui a lancé des lunettes de RA récemment, Microsoft ou Sony ont déposé des brevets, reconnait Serge Landry.

Mais cela va prendre du temps et on devrait voir de plus plus en plus d'applications marketing apparaitre, les marques sont souvent en avance dans ce secteur».

Même analyse pour Awane Jones. «Les marques commencent déjà à utiliser la RA car elles ont compris que c'est beaucoup plus que de la publicité que d'avoir sa propre application de RA, c'est quelque chose de cool pour l'utilisateur et consommateur potentiel. L'application est gratuite, et elle devient une publicité sans avoir l'ai d'en être une!».

Quand la réalité du marché rattrape la réalité augmentée...


Vidéos

Photos