André Péloquin
Agence QMI

ARMS: Un jeu qui frappe fort (excusez-la) Nintendo veut s'imposer en e-sport avec ARMS

Aura-t-on droit à des joutes d'ARMS lors du prochain Dreamhack ou encore pendant le prochain Lan ETS? À suivre! - ARMS: Un jeu qui frappe fort (excusez-la) Nintendo veut s'imposer en e-sport avec ARMS

Ribbon Girl, une combattante d'ARMS.Courtoisie

André Péloquin

Si Nintendo étonnait en faisant d'Ultra Street Fighter II: The Final Challengers le premier jeu de combat a être lancé sur la Switch (une version revampée du classique de 1991), l'entreprise se reprend brillamment avec ARMS, une oeuvre qui, derrière ses airs bon-enfant, a autant de potentiel comme franchise que comme ticket vers les sports électroniques.

Ainsi, malgré ses personnages aux airs de mascottes pour enfants fluorescentes, ARMS est un jeu de combat 3D délicieusement stratégique où jusqu'à quatre joueurs (en ligne ou sur le même sofa) peuvent s'affronter dans des arènes variées (allant de la discothèque aux planchers surélevés jusqu'au terrain de basket où on triomphe en «dunkant» l'adversaire dans le panier). Tout ça, à l'aide de poings, de tresses de cheveux et autres projectiles.

Si on peut (parfois) s'en tirer en rouant ses amis de coups, il faut être plus rusé - et, surtout, maitriser l'esquive, la garde, le saut, les lancers de vos poings ainsi que les différentes armes, pouvoirs spéciaux des personnages et arènes offertes pour mater les adversaires plus coriaces.

Sans blague, certains matchs peuvent avoir de partie d'échecs par moments tant ils peuvent devenir stratégiques... mais en remplaçant les pions par de gros poings, évidemment.

Côté jouabilité, ARMS surprend à nouveau avec son audace. Ainsi, on peut autant y jouer en mode «manette traditionnelle» qu'en donnant des coups de poing à l'aide des Joy-con. Mieux encore, les deux modes s'équivalent en précision (bien que combattre avec un Joy-Con entre chaque main peut être maladroit de prime abord... sans compter le fait que vous risquez de pulvériser votre téléviseur si vous optez pour ce mode).

Bien que la durée de vie du jeu est moindre (le mode solo est anémique et, à un moment donné, les combats sont soit lassants s'ils sont trop lents et cérébraux ou frustrants s'ils ont des airs de bagarre de la LHJMQ s'ils sont rapides et confus), ARMS est, sur le coup, une expérience délirante qui laisse entrevoir beaucoup de possibilités pour les sports électroniques ou, du moins, votre prochain party.

Bref, vivement la suite!

Comme vous l'avez remarqué, les membres de l'équipe Pèse sur start ont exploré leur petit côté compétitif hier en s'affrontant à ARMS, le nouveau jeu de combat de Nintendo qui se retrouvera en magasin dès le 16 juin prochain.

Nous ne sommes évidemment pas les seuls à expérimenter avec la facette compétitive du jeu.

En entrevue avec le Time, le producteur d'ARMS, Kosuke Yabuki, a confié qu'il adorerait que la communauté e-sport adopte sa création. «J'aimerais [ça], mais je ne sais pas si Nintendo veut également présenter le jeu comme tel [car] on ne sait pas encore s'il aura un grand succès.»

En attendant, le verdict, le résultant des ventes et les critiques, l'entreprise semble tout de même se positionner: Dot Esports rapporte que Nintendo tiendra un tournoi d'ARMS lors de l'édition 2017 de l'E3, la mecque annuelle techno qui se tiendra dans quelques jours à Los Angeles.

Mieux encore, cette joute opposera quatre joueurs e-sport reconnus, dont Alex Valle, une légende vivante dans le domaine qui s'est imposée maintes fois lors de tournois de jeux de la série Street Fighter.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos