Que vaut la Xbox One?

Microsoft

La console Xbox One de Microsoft. Photo AFP


Alexis Le Marec

Microsoft a dévoilé sa prochaine Xbox, la Xbox One, qu'elle souhaite devenir le cœur du divertissement à la maison, lors d'une conférence de presse ayant eu lieu mardi à Redmond, aux États-Unis. 

Que vaut-elle face à la future PS4, et que va-t-elle apporter réellement au marché?

Au-delà du jeu vidéo, la présentation de la Xbox One a été l'occasion de montrer l'aboutissement du rêve de Microsoft: placer un boitier réellement multimédia dans les salons. Il n'est donc pas étonnant que la compagnie ait particulièrement mis l'accent - durant une bonne partie de la conférence - sur ces possibilités.

Aussi sur Canoe.ca:

Par exemple, il sera possible de mettre un jeu en pause et de passer directement à un programme télé. Encore mieux, pendant un match de sport, tous les renseignements sur les équipes pourront être affichés à l'écran.

Bien sûr, en livrant le nouveau Kinect avec sa Xbox, Microsoft promet un contrôle simple et rapide par l'intermédiaire des gestes et de la parole. Il suffira de dire «montre-moi les spectacles d'aujourd'hui» pour que la console zappe automatiquement sur toutes les chaines qui proposent ce type d'émission.

Steven Spielberg a annoncé sa collaboration à la série télévisée Halo lors de la conférence de Microsoft. Son implication est une véritable reconnaissance pour le jeu vidéo. Il prouve enfin au grand public qu'il est capable de bâtir des univers profonds qui vont au-delà de ce médium.

Face à la PS4

La véritable concurrente de la Xbox sera la PS4 de Sony. Techniquement, les deux consoles sont quasi identiques: processeur 8 cœurs X86 (comme dans les PC) et 8 Go de mémoire.

Seule la partie graphique, assurée dans les deux cas par AMD, va légèrement différer. Nous aurons donc deux consoles à l'architecture presque identique à un PC, ce qui va permettre de développer facilement des jeux, et surtout de les porter d'une plateforme à l'autre en un rien de temps. Il s'agit d'une très bonne nouvelle.

D'ailleurs, d'après un développeur que nous avons contacté, les deux consoles sont relativement faciles à programmer. La PS4 offre très vite un résultat proche de ce que veulent les développeurs, alors que la Xbox nécessite un peu plus de temps pour le résultat voulu, ce qui revient finalement au même.

Malheureusement, rien n'a été annoncé au sujet des développeurs indépendants. La Xbox n'est pas leur console de prédilection du fait des trop nombreuses difficultés qu'ils rencontrent. Microsoft n'a de ce côté rien fait pour les rassurer, contrairement à Sony.

Même si les quelques jeux dévoilés comme Forza Motorsport 5 ou Call of Duty Ghost ont impressionné, Microsoft n'a montré que des vidéos, et pas de jeux joués devant le public. Il faudra donc attendre l'E3 pour voir les exclusivités de Microsoft, mais également les jeux des compagnies tierces.

Repayer pour de l'occasion

Microsoft n'en a pas parlé pendant sa conférence, mais vient tout juste de le confirmer à CVG: les jeux seront liés à un compte, et il faudra payer un supplément pour jouer un jeu d'occasion ou prêté.

Si Microsoft maintient cette décision, c'est une belle manière de se saborder et d'assurer le succès de la PS4. Les jeux d'occasion étant dispendieux, surtout au Canada quand on compare avec la France par exemple, la différence avec un jeu neuf va être nulle s'il faut payer un 10$ supplémentaire.

Même chose pour le prêt de jeux interdit. Une bande d'amis aura plus intérêt à magasiner des PS4 pour s'échanger les jeux sans se ruiner, comme ça a été toujours le cas jusqu'à maintenant.

Encore des zones d'ombre

Microsoft a malheureusement laissé planer des zones d'ombre sur sa console. Depuis quelque temps, les rumeurs parlent d'une connexion permanente qui serait exigée pour jouer, ou de jeux qui ne seraient pas possibles de revendre en occasion.

En ne disant rien, contrairement à Sony qui a rassuré les joueurs sur l'absence de ces mesures, Microsoft entretient encore les craintes, malgré un courriel interne qui annonce exclure la connexion permanente.

Au final, Microsoft a dévoilé le design, peu de jeux, mais surtout le côté multimédia et ouvert vers les autres médiums. Microsoft semble surtout se tourner vers le grand public, même s'il a annoncé sans les nommer la sortie de 15 jeux exclusifs à la Xbox One lors de sa première année de commercialisation.

Le tarif n'a pas été donné également, mais les rumeurs parlent de deux versions, l'une subventionnée à condition d'adhérer deux ans au Xbox Live, et l'autre sans subvention. Il va falloir attendre l'E3 pour en savoir plus.

Par contre, avec les jeux d'occasion bloqués, cette décision va très mal passer auprès des joueurs qui n'en veulent pas en majorité. Elle pourrait même éclipser les autres annonces dans les prochains jours, et faire beaucoup de mal à la Xbox One et Microsoft.


Vidéos

Photos