Des bourses pour favoriser le développement de jeux vidéo

Bourses BlooBuzz - Des bourses pour favoriser le développement de jeux vidéo

Pierre Karl Péladeau et Éric Trudel.Photo Roger Gagnon / Agence QMI


Andréanne Huot

CHICOUTIMI - Le président et chef de la direction de Québecor Média, Pierre Karl Péladeau était de passage jeudi à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) en compagnie du président de BlooBuzz, Éric Trudel, afin d'annoncer l'octroi de trois bourses d'études destinées à récompenser les meilleurs étudiants dans le domaine du jeu vidéo.

Les trois Bourses BlooBuzz couronneront les étudiants pour leurs bons résultats scolaires, pour la qualité de leur portfolio et pour leur esprit d'équipe.

La Bourse de prestige BlooBuzz de 10 000 $ sera décernée à un finissant du baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo, qui se sera distingué dans son parcours scolaire.

Pour les étudiants au baccalauréat en animation 3D et en design numérique, la Bourse de coopération BlooBuzz d'une valeur de 5 000 $ sera remise à celui s'étant le plus illustré dans un projet commun relatif aux jeux vidéo.

Finalement, la Bourse d'excellence Bloobuzz de 2 000 $ récompensera un étudiant de deuxième année du baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo à l'UQAC.

Toutes ces bourses seront versées par BlooBuzz, une filiale de Québecor Média. Il s'agit d'une somme totalisant 85 000 $ sur cinq ans, sois 17 000 $ annuellement. Ces bourses serviront à stimuler la réussite des cinq prochaines cohortes d'étudiants inscrits dans ces programmes à l'UQAC.

Domaine d'avenir

Québecor a toujours soutenu les entrepreneurs dans les secteurs en devenir», a mentionné Pierre Karl Péladeau. En effet, celui-ci a choisi d'investir dans BlooBuzz, anciennement Wendigo Studio, une compagnie qui créait des produits de qualité, mais qui n'avait pas réussi par manque de soutien financier.

«C'est un grand échec économique et social. Ça a été une occasion d'amener un projet à terme (l'acquisition et la création de BlooBuzz)», a affirmé M. Péladeau à propos de son intérêt pour la compagnie saguenéenne.

S'il a pris la décision d'investir à Saguenay, c'est en majeure partie afin de contrer les intérêts étrangers, de plus en plus présents au Québec et dans l'industrie du jeu vidéo. Il va sans dire que la création d'emploi dans la région et l'activité économique qui en découle sont des aspects importants pour l'homme d'affaires.

Du son côté, le président de BlooBuzz a tenu à souligner qu'en plus de soutenir l'entrepreneuriat, Québécor soutien la région. «Les entrepreneurs doivent s'impliquer pour avoir des conditions gagnantes», a expliqué M. Trudel en parlant de l'expertise régionale que les programmes de l'UQAC développent depuis 2005 et dont il est lui-même issu.

«Ces bourses ne nous aident pas juste au niveau du recrutement, a affirmé M. Trudel. On veut que les étudiants soient le mieux formés possible. C'est une façon de redonner à l'UQAC ce qu'ils nous ont donné». Selon lui c'est ultimement grâce à l'UQAC si de petites entreprises vont s'établir dans la région. Au final, l'industrie du jeu vidéo est tellement vaste que cela va au-delà de la compétition locale.

BlooBuzz est en constante progression

Depuis son acquisition par Québecor Média, il y a un an, la compagnie de jeux vidéo BlooBuzz de Saguenay est en pleine expansion en plus de commencer à être reconnue internationalement.

«Ça a été une année riche en développements», a affirmé le président de BlooBuzz, Éric Trudel. En 2012 l'équipe mis sur le marché ses premiers jeux, «Gobber Ninja», «Pyramid Rising 1 et 2» et «Caveman's Prophecy» sur plateforme Windows, Mac, iOS et Android.

L'entreprise a aussi développé des partenariats avec Big fish Games et Activision mobile, le plus gros éditeur de jeux au monde. «Nous sommes un des premiers avec qui ils ont signé en raison de la qualité de nos produits», de dire M. Trudel. En effet, l'ensemble des jeux est noté à 4,3 et plus sur 5 sur le «app store», tout en obtenant de très bons résultats au niveau des téléchargements.

Poursuivre sur sa lancée

«La première année n'est jamais facile et elle amène son lot de défi», a expliqué M. Trudel. Cependant, BlooBuzz a de nombreux projets pour 2013, dont des projets convergents avec Québecor.

L'entreprise saguenéenne est en pleine transition de son modèle d'affaires pour s'aligner sur le «freemium». Selon M. Trudel, il s'agit de la forme de jeux qui fonctionne le mieux.

Plutôt que d'avoir à vendre un volume phénoménal de jeux à 0.99 $, les joueurs ont accès au jeu tout à fait gratuitement. Cependant, les mordus de ce jeu vont alors payer des suppléments afin d'aller plus vite ou d'avoir accès à diverses améliorations. «C'est ce qu'on fait maintenant avec la série Timebuilders», a souligné Éric Trudel.

Sept jeux pour 2013

Le premier jeu à être commercialisé sera Rails to gold où les joueurs devront construire leur ville dans le Far West. «On a une «twist» unique sur la construction de ville», a raconté M. Trudel enthousiaste.

Au total, sept jeux vont voir le jour en 2013, ce qui représente une très grosse charge de travail. BlooBuzz a d'ailleurs engagé plusieurs nouveaux professionnels du jeu vidéo provenant de diverses régions du Québec et même de la France, passant de 15 à 42 employés.

Clé du succès

«Faire partie de Québecor est la clé du succès dans un monde ultra compétitif», de dire M. Trudel dont la série Timebuilders est maintenant bien connue dans les salons de jeux vidéo. Il précise aussi que pour le développement de nouveaux jeux, cela nécessite des investissements majeurs qui sont difficiles à être financés, mais que Québecor connaît très bien la situation.

Bientôt, BlooBuzz devrait faire affaire avec le géant Amazon et s'associer à divers fabricants de téléphones dès cette année. «C'est beaucoup de travail et ça amène plein d'opportunités. Le plus difficile, c'est de choisir!» a lancé en terminant le président.


Vidéos

Photos