Payer pour gagner

«Hawken»

 Photo Hawken


Steve Tilley

Il existe un mystère autour de la place qu’occupent les combats de robots dans notre inconscient collectif.

Cela a-t-il débuté dans les années 1980 avec Transformers? Avec les films de Godzilla des années 1970? Ou bien encore avec les contes de l’Angleterre victorienne narrant des combats à mort entre horloges automatiques?

Avec Rives du pacifique, le film de Guillermo del Toro qui sort au cinéma cet été, les amateurs de robots seront servis. Les joueurs, quant à eux, peuvent aussi obtenir leur ration avec le jeu gratuit, et postapocalyptique, Hawken.

Hawken se déroule dans un futur lointain, sur une planète qui l’est tout autant et qui a largement été dépouillée de ses ressources et, apparemment, abandonnée par une grande partie de sa population.

Les joueurs sont propulsés dans le cockpit virtuel d'un robot bipède lourdement armé et s'engagent dans cette longue tradition qui consiste à tirer sur leurs semblables (connectés via internet) à travers des matches à mort en équipe.

Alors que Hawken est toujours officiellement en version bêta (et téléchargeable gratuitement sur playhawken.com), il permet déjà aux joueurs d’investir leurs deniers dans des options d’améliorations.

«Free-to-play».... Peu importe combien nous pourrions résister et protester, ce type de jeu n’est pas prêt de disparaître. Et certaines des très bonnes choses présentes dans Hawken sont gâchées par cette approche pécuniaire.

Visuellement, Hawken est vraiment étonnant. J’ai essuyé plus d'une fois une grêle de coups de canons et autres missiles ennemis, car j'étais trop absorbé par les détails complexes de l'univers du jeu, une sorte de mélange de Borderlands et de Blade Runner. La vue depuis le cockpit est tout aussi immersive, avec sa panoplie d'instruments et son pare-brise maculé de sable.

Les robots de Hawken ne sont pas comme leurs cousins de chez MechWarrior, qui sont plus grands et plus lourds. Ici, les machines sont relativement agiles avec la possibilité de contourner les obstacles, sprinter, sauter et planer. Le jeu possède un bon équilibre entre l’action et la tactique, très plaisant à jouer.

Mais le jeu perd de son éclat lorsqu’il ouvre le feu sur le portefeuille des joueurs. À la base, le jeu est gratuit, mais gagner suffisamment d'argent pour améliorer les armes, les armures des robots et leurs capacités prend une éternité. Ceci, en plus des affrontements en ligne curieusement déséquilibrés, semble avoir été conçu pour pousser les joueurs à mettre la main au portefeuille afin de rester compétitifs.

Il s’agit peut-être que de quelques dollars, mais je préfère de loin avoir un prix initial fixe donnant accès à tout, plutôt que de mourir si je ne débourse pas à chaque défaite. Trop souvent, «free-to-play» signifie simplement payer pour gagner.

Si vous êtes un amateur de combats de robots, Hawken vaut le détour et devrait certainement vous amuser, mais j'espère vraiment que les développeurs vont mettre de côté les options payantes pour la version officielle.

Hawken
PC
Adhesive Games/Meteor Entertainment
Public: Adolescent
Score: 3,5 sur 5

«Resident Evil» revient

Après le décevant Resident Evil 6 qui, l’automne dernier, a souillé tous les espoirs des amateurs du légendaire titre, une éclaircie survient avec l’annonce de la sortie, le 21 mai prochain – sur Xbox 360, PS3, Wii U et PC – de Resident Evil: Revelations, de Nintendo 3DS.

Plus authentique, Resident Evil: Revelations souffrait néanmoins d’une certaine paralysie faute de contrôleurs peu performants. Cette annonce réunirait le meilleur des deux mondes.

Demande de financement pour «Wildman»

«Gas Powered Games», le studio derrière Supreme Commander et Dungeon Siege, fonde ses espoirs sur un hybride jeu de rôle/jeu de stratégie appelé Wildman. Dirigée par le charismatique Chris Taylor Canuck, l'entreprise en difficulté a récemment été touchée par des licenciements, et la campagne de financement du jeu (avec un objectif de 1,1 million$ avant le 15 février) semble être sa dernière chance. Si vous êtes un admirateur de Taylor ou de ses jeux, rendez-vous sur KickStarter.

«Skyrim» s'agrandit sur PS3

Les joueurs de PlayStation 3 qui rêvent désespérément de devenir vampire ou de bâtir eux même leurs maisons dans le jeu de rôle The Elder Scrolls V: Skyrim seront en mesure de le faire le mois prochain avec l'arrivée des extensions Dragonborn, Dawnguard and Hearthfire.

Les extras sont disponibles depuis un certain temps sur Xbox 360, mais ils vont être lancés à prix réduit sur le PlayStation Network, si cela peut vous consoler.


Vidéos

Photos