André Boily
Agence QMI

FakeApp ou comment produire facilement de fausses vidéos

FakeApp ou comment produire facilement de fausses vidéos

La tête de Gal Gabot (Wonder Woman) sur le corps d'une autre actrice de films érotiques, avec FakeApp

André Boily

À partir de maintenant, depuis la sortie du programme FakeApp, nous allons assister à un déferlement de pornographies vengeresses et de fausses vidéos comme outils de diffamation contre des politiciens ou des personnalités publiques. Accessible à tout le monde, FakeApp fait appel à de l'intelligence artificielle pour créer des superpositions réalistes autrefois réservées à quelques rares spécialistes.

Il fallait jusqu'à tout récemment de gros moyens techniques à la Hollywood pour parvenir à modifier ou truquer une vidéo en superposant la tête de quelqu'un sur le corps d'une autre personne. FakeApp va changer tout cela et ça ne sera pas joli.

Pas joli, parce qu'il sera facile de créer de fausses vidéos sans laisser de traces de manipulation pour diffamer une personnalité publique, produire des vidéos pornos vengeresses ou pour incriminer faussement quelqu'un d'un crime qu'il n'a aucunement commis.

Sabotage et propagande

FakeApp, c'est Black Mirror puissance dix pour ceux qui connaissent la populaire série télé sur Netflix sur le détournement des nouvelles technologies dans nos vies.

Celui-ci a été téléchargé plus de 120 000 fois depuis son apparition sur Reddit en janvier dernier. Déjà, il suffit de chercher sur un moteur de recherche le nom d'une actrice ou d'une personnalité avec le terme deepfake pour trouver des vidéos parfaitement truquées d'une actrice porno par exemple avec le visage d'une actrice connue.

Politiquement, des services secrets d'États voyous pourraient s'en servir pour du sabotage ou de la propagande.

L'infonuagique en renfort

Le logiciel FakeApp rassemble une suite d'outils d'apprentissage machine appelés TensorFlow qui a été développé par la division d'intelligence artificielle de Google et rendu public en 2015, selon le New York Times. Celui-ci apprend par lui-même des tâches de reconnaissance d'image par essais et erreurs. Seul préalable, disposer d'une bonne puissance de calcul.

Avec son ordinateur personnel, la procédure peut prendre des jours voire des semaines de calcul intensif. Mais avec les services infonuagiques d'aujourd'hui, il est possible de louer pour quelques dollars de la puissance de calcul en ligne pour réduire à quelques heures le truquage complet d'une vidéo.

Grosso modo, il faut une série de bonnes photos du visage d'une personnalité connue ou de votre voisine - ce qui est facile à trouver aujourd'hui sur Facebook ou Instagram - et d'une vidéo compromettante. Plus cette dernière est simple, sur un seul plan, plus le résultat est net.

Voyez la comparaison parallèle entre Amy Adams et Nicolas Cage ici sur YouTube.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos