André Boily
Agence QMI

Faux antivirus, une plaie que Microsoft veut éradiquer avec Defender

Faux antivirus, une plaie que Microsoft veut éradiquer avec Defender

Une fenêtre d'un faux logiciel (site du FBI)

André Boily

Les « nettoyeurs de registres», les « optimiseurs PC» et toute la gamme de soi-disant utilitaires qui pullulent sur le Web sont une véritable plaie dans l'univers Windows surtout. Avec Windows Defender, Microsoft entend y mettre fin.

Ces faux utilitaires ou ces faux logiciels antivirus qui surgissent sur votre navigateur au milieu d'une session Web ne sont là que pour vous arnaquer, comme cette copie-écran présentée par le FBI.

À partir de mars prochain, Windows Defender, l'antilogiciel malveillant de Microsoft, qui fait partie intégrante de Windows 10, va retirer les faux logiciels antivirus et autres utilitaires douteux qui ne font qu'effrayer les utilisateurs en les poussant vers des mises à jour bidon.

«Scareware»

Dans la totalité des cas, les problèmes ou les supposées baisses de performance détectés sur votre ordinateur par ces faux logiciels sont tout simplement inexistants. Ils ne servent qu'à vous flouer. En jargon anglophone, on parle de «crapware» ou de «scareware».

Ces faux programmes existent depuis longtemps, depuis les débuts de Windows sur le Web. S'il y a quelque chose que l'on peut reprocher à Microsoft, c'est d'avoir mis trop d'années pour passer à l'offensive.

Des millions de dollars volés

Des gens mal intentionnés exploitent la peur et le manque de connaissances des utilisateurs Windows.

Le FBI américain fait la chasse aux malfaiteurs du Web en remontant jusqu'aux serveurs utilisés pour arnaquer les gens.

Cas classique, un logiciel malveillant provoque un «gel» des ordinateurs des utilisateurs, puis génère une série d'alertes contextuelles afin d'inciter les utilisateurs à acheter des logiciels «antivirus» censés résoudre les problèmes créés par le logiciel malveillant. Le logiciel "antivirus", s'il était acheté, "dégèle" les ordinateurs des victimes et arrête les pop-up et les notifications de sécurité, mais le logiciel malveillant demeure resté caché sur leurs ordinateurs. Les utilisateurs qui n'ont pas acheté le logiciel «antivirus» constatent que tous les fichiers, informations et données stockés sur l'ordinateur devenaient inaccessibles. Avant qu'il ne soit découvert, pareil programme peut produire des millions de dollars en revenus à ses auteurs.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos