André Boily
Agence QMI

L'avenir de la neutralité du Net se joue le 14 décembre

L'avenir de la neutralité du Net se joue le 14 décembre

André Boily

L'égalité d'accès à Internet telle qu'on la connaît sous l'expression Neutralité du Net tire à sa fin depuis que la FCC américaine vient d'annoncer le démantèlement de plusieurs dispositions qui empêchaient des fournisseurs de services Internet de facturer ou de bloquer l'accès à certains sites.

Le concept de neutralité du Net rassemble des règles mises en place par la Commission des communications fédérale américaine sous l'administration Obama qui interdisaient les FSI (fournisseurs de services Internet) de bloquer, de ralentir le trafic de sites Web ou de facturer des frais supplémentaires pour livrer une meilleure qualité de débit à des clients.

Or, l'actuelle administration Trump avait promis d'en finir avec cette neutralité qui, du coup, va opposer deux grands blocs. D'un côté, des FSI géants comme AT&T ou Verizon contre d'autres poids lourds comme Apple, Google, Amazon, Netflix.

Sous le nouveau directeur Ajit Pai, «le gouvernement fédéral va stopper la microgestion d'Internet, à la place, la FCC va tout simplement demander aux FSI d'être transparents quant à leurs pratiques de sorte que les consommateurs peuvent acheter les services qui leur conviennent...». Le démantèlement des règles de protection aura lieu le 14 décembre à la FCC, selon le New York Times qui anticipe une bataille juridique pour empêcher l'abandon de la neutralité du Net.

Au-delà de la rhétorique

Beaucoup ont décrié haut et fort l'abandon de la neutralité qui ferait entrevoir un futur où quelques grandes sociétés auront la capacité de contrôler nos esprits. Mais depuis l'annonce et l'élection des républicains à la Maison-Blanche, plusieurs études ont été réalisées.

Sur Bloomberg, on précise que les sociétés de contenus en ligne comme Netflix ont connu une excellente année boursière malgré la perspective du retrait des règles de neutralité. Netflix, grand consommateur de bande passante en Amérique du Nord, serait même favorisé par l'abandon de la neutralité.

Des services comme Twitch (la plateforme de jeux vidéo d'Amazon) gagneraient à utiliser une priorisation des données sur le réseau pour ses joueurs.

Les défenseurs de la neutralité s'inquiètent du possible état de monopole par les géants américains du service Internet, mais d'un autre côté, les possibilités d'accès n'ont cessé de s'étendre avec le Wi-Fi omniprésent, l'Internet cellulaire, les téléphones intelligents sans cesse meilleurs et plus puissants. Bref, selon l'avis de Tyler Cowen, sur Bloomberg, les géants FSI américains n'ont pas trop intérêt à bousculer l'expérience de leurs clients s'ils veulent continuer à facturer le prix fort.

Au Canada

Au pays, cette neutralité est protégée. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) appuie le principe de la neutralité du réseau par le biais d'une série de décisions prises en avril 2017. Depuis 2017, la neutralité du réseau au Canada contraste fortement avec l'approche américaine.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos