André Boily
Agence QMI

Neutralité du Net, la riposte s'organise pour la protéger

Neutralité du Net, la riposte s'organise pour la protéger

Wikipédia

André Boily

Déclaré «bien public» par la FCC (la Commission fédérale des communications) en 2015 sous l'ère Obama, l'Internet américain pourrait perdre son concept de neutralité sous l'administration Trump. Le président avait promis en campagne électorale d'y mettre fin et a justement nommé un farouche adversaire, Ajit Pai, à la tête de la Commission.

L'enjeu ici est celui qui empêche les grands fournisseurs comme AT&T, Comcast ou Verizon Communications de bloquer, d'entraver ou de ralentir les flux de données de rivaux (lire Netflix, Google, Apple et tous les grands services de contenus sur demande) pour favoriser les leurs ou ceux de leurs services affiliés.

Des frais supplémentaires pour regarder Netflix !

Les opposants à toute modification de la neutralité du Net sont nombreux : les Facebook, Amazon, Google et même Twitter - le média favori de Donald Trump - s'organisent avec des dizaines de milliers d'activistes et d'entreprises pour avoir le droit de participer au débat de la FCC qui débute le 17 juillet. Les élus démocrates sont évidemment contre toute modification de la neutralité du Net, principe qui a été adopté par de nombreux pays en Europe.

Les opposants craignent qu'en affaiblissant ou éliminant cette neutralité, les grandes compagnies américaines du câble ralentissent les flux, bloquent des contenus concurrents, censurent des opinions contraires à leurs vues ou facturent des frais supplémentaires.

Le grand réseau que l'on connaît pourrait basculer si la nouvelle direction de la FCC penche en faveur des grands câblos.

À suivre.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos