AFP

Pour Séoul, les attaques contre Sony imputables à la Corée du Nord

Pour Séoul, les attaques contre Sony imputables à la Corée du Nord

Photo Mario Anzuoni / Reuters

La Corée du Sud a accusé samedi la Corée du Nord d'avoir mené les cyber-attaques contre le groupe Sony Pictures, celles-ci ayant des similitudes avec des attaques subies par les banques et agences de presse sud-coréennes l'an dernier qui avaient été imputées à Pyongyang.

Séoul a indiqué être prêt à partager avec les États-Unis les informations «liées à la cyber-attaque contre Sony» et à renforcer la coopération internationale pour faire face à de nouvelles menaces informatiques.

Sony a été victime fin novembre d'une attaque informatique d'envergure revendiquée par le groupe de pirates informatiques GOP (Guardians of Peace), au cours de laquelle d'innombrables informations ont été dérobées et certaines mises en ligne.

Cette attaque a poussé Sony Pictures à annuler la sortie en salles de L'interview qui tue, une comédie satirique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, qui a déclenché l'ire du régime communiste.

La Corée du Nord continue de démentir avoir commandité l'attaque informatique que le FBI, la police fédérale américaine, lui a clairement attribuée.

«Nous exprimons nos regrets profonds et condamnons de telles actions nord-coréennes qui portent une grave atteinte à l'ouverture et à la sécurité du cyberespace et représentent un acte criminel qui a entraîné des pertes matérielles», a déclaré le ministère sud-coréen des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère relève «les similitudes entre les attaques contre Sony Pictures et celles menées contre des banques sud-coréennes et d'autres (entités) en mars l'an dernier».

Une enquête officielle avait rendu responsable l'agence nord-coréenne du renseignement de ces attaques «préméditées et bien organisées» qui avaient entraîné la fermeture complète des réseaux des télévisions KBS, MBC et YTN, et paralysé les opérations de trois banques sud-coréennes.

Pour Lim Jong-In, enseignant à l'Université coréenne de la sécurité de l'Information, la Corée du Nord a créé une armée de cyber-experts, dont 1 000 se trouvent en Chine, qui «peuvent devenir des pirates presque instantanément et organiser des attaques».

La Corée du Nord, qui «dispose de 6 000 pirates» informatiques, fait partie des cinq premiers pays en termes de capacités de guerre informatique. «Chaque année elle sélectionne quelque 300 étudiants et en fait des cyber-combattants d'élite», a-t-il dit à l'AFP.

«La Corée du Nord est l'un des pays les moins connectés et est ainsi relativement protégée des risques d'attaques cybernétiques», a-t-il ajouté.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos