Doug Hempstead
Agence QMI

Cyberattaque: Aerith a encore frappé à Ottawa, lundi

Cyberattaque: Aerith a encore frappé à Ottawa, lundi

Un masque représentant Anonymous. Photo AFP

Doug Hempstead

OTTAWA - Un pirate informatique qui affirme faire partie du groupe Anonymous a frappé le site de la Ville d'Ottawa, à nouveau, lundi matin.

Le présumé pirate appelé Aerith, au nom d'utilisateur AerithXOR2, affirme être celui qui a paralysé le site web de la Ville d'Ottawa, lundi matin.

«Nous avons paralysé ottawa.ca et plus tôt aujourd'hui nous avons paralysé calgary.ca», a indiqué Aerith à l'Agence QMI.

«Nous attendons que le site ottawapolice.ca revienne en ligne afin que nous puissions placer notre Hitler avec une banane et le logo du groupe État islamique», a-t-il ajouté.

L'internaute dit aussi avoir paralysé le site web du Service de police de Toronto, qui était inopérant dans la nuit de dimanche à lundi.

La police de Toronto ne pouvait dire, lundi, si la personne à l'origine des intrusions informatiques à Ottawa est la même qui est responsable de la panne du site torontopolice.on.ca, a indiqué le porte-parole, l'agent David Hopkinson.

Aerith affirme être à l'origine d'une première cyberattaque sur le site web de la Ville d'Ottawa, vendredi soir. Il dit avoir remplacé la page d'accueil par une page sur fond noir avec une banane dansante et un message menaçant envers un policier d'Ottawa.

Le pirate informatique, ou groupe, dit être basé à Rio, au Brésil.

Le pirate s'en prendrait ainsi à la Ville d'Ottawa pour défendre la cause d'un adolescent de la capitale nationale qui fait face à 60 chefs d'accusation parce qu'il aurait fait de faux appels rapportant des menaces à la bombe, des prises d'otages ou des fusillades, tout en imitant la voix d'une autre personne.

Les attaques informatiques seraient en lien avec une nouvelle preuve qui n'aurait pas été retenue par les enquêteurs et qui démontrerait que l'adolescent n'est pas responsable des méfaits. La police de Toronto aurait déposé quelques-unes des 60 accusations.

«Les attaques contre OttawaPolice.ca, Toronto.ca, TorontoPolice.ca/TorontoPolice.on.ca, Parl.gc.ca et d'autres sont en représailles aux crimes qu'ils ont commis», a écrit Aerith dans un communiqué publié lundi.

Le groupe a menacé dimanche de «totalement violer» le site de la police d'Ottawa et d'autres.

Le père de l'adolescent a dit à des journalistes, dimanche, qu'il remerciait le groupe Anonymous pour le «merveilleux cadeau qu'il m'a donné, la preuve de l'innocence de mon fils».

Anonymous allègue toutefois n'avoir rien à voir avec les cyberattaques.

L'utilisateur Twitter du compte @AnonQC, lié au chapitre québécois d'Anonymous, a indiqué qu'un groupe de pirates dissidents connu sous le nom de «Commander X» pourrait être derrière les attentats informatiques.

AnonQC a aussi prétendu qu'il pourrait s'agir d'une fausse campagne de piratage pour que les élus soient justifiés d'améliorer la sécurité des réseaux informatiques et d'accroître le pouvoir de surveillance des agences de sécurité. Il établit un lien entre les cyberattaques et le Forum sur la sécurité internationale qui a eu lieu en fin de semaine à Halifax.

«L'Agence nationale de sécurité (NSA) vient au Canada et fait valoir l'importance pour plus de sécurité, et le Bonhomme 7 heures apparaît. Ça tombe bien», a écrit AnonQC.

Le site de la Cour suprême du Canada était aussi inaccessible samedi soir. Il était à nouveau disponible dimanche matin vers 10 h.

Avec la collaboration de Jon Willing et Aedan Helmer

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos