Protection des données privées: les Canadiens inquiets

Sécurité - Protection des données privées: les Canadiens inquiets

Photo pressmaster / Fotolia


Thane Burnett

TORONTO – Les Canadiens sont inquiets au sujet de la protection de leurs données personnelles sur internet.

Un sondage Léger Marketing réalisé pour l’Agence QMI révèle que les gens sont plus préoccupés par cette question que par les changements climatiques et l’état de l’économie mondiale.

Environ 47% des Canadiens sondés sont soucieux de la sécurité de leurs informations personnelles sur internet, tandis que le climat inquiète 15% des répondants et l’économie mondiale 14%.

Mais ces craintes ne se traduisent pas en gestes concrets, souligne Avner Levin, directeur de l’institut sur la vie privée et le cybercrime de l’université Ryerson à Toronto. «Si vous demandez aux gens de dépenser 1$ pour obtenir avoir accès à des sites limitant l’accès aux données privées (sans publicité par exemple), ils disent non.»

D’autres exemples: nous accumulons les cartes de fidélité de magasins sans nous soucier de savoir si l’information sur nos habitudes d’achat est conservée; nous téléchargeons des applications sans nous demander si nous ferons l’objet d’une collecte de données.

Il existe maintenant toute une gamme d’outils de marketing en ligne qui permettent de tailler sur mesure les publicités que les internautes voient s’afficher sur les pages qu’ils consultent.

En général, cette façon de faire ne pose pas problèmes. Cependant, l’année dernière aux États-Unis, le détaillant Target a cru comprendre, en examinant les habitudes d’une adolescente sur le site, que celle-ci était enceinte, ce qui n’était pas le cas. Le père de la jeune fille n’a pas apprécié.

Afin d’éviter ce genre de situation, certains experts souhaitent la création de véritables coffres-forts électroniques qui protégeraient les données personnelles et qui permettraient surtout d’en avoir le contrôle. Tôt ou tard, il faut y venir, croient-ils.

Des infos partout, tout le temps

Chaque jour, vous envoyez en moyenne sur internet 700 informations de nature personnelle.

Mais un nombre grandissant d’experts estime qu’il devient plus facile d’exercer un contrôle sur ces renseignements.

Sarah Downy est avocate et analyste chez la compagnie Abine qui offre un service appelé DeleteMe pour effacer les données de suivi sur de nombreux sites. La compagnie propose aussi un service pour ne pas laisser de traces. Environ 3 millions de personnes y recourent.

«La plupart des gens ne se rendent pas compte de l’ampleur de l’affaire», affirme Mme Downy au sujet des données personnelles conservées sur internet. À son avis, plusieurs personnes revoient dorénavant la façon dont elles gèrent leurs données à cause des dangers de piratage.

La commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l’Ontario, Ann Cavoukian, estime que les internautes devraient être davantage protégés. Elle est l’apôtre d’une loi qui forcerait les sites et les logiciels à offrir une protection des données personnelles par défaut.

Mais elle croit que les consommateurs doivent d’abord et avant tout exercer un contrôle sur leurs informations. Mme Cavoukian estime que le monde est divisé en deux: les personnes qui se sentent impuissantes face au sort de leurs informations personnelles et celles qui souhaitent un contrôle plus serré et qui savent où trouver les outils pour y arriver.

Il ne faut surtout pas croire, selon Mme Cavoukian, qu’il n’y a rien à faire pour protéger sa vie privée sur internet.


Vidéos

Photos