Bruno Guglielminetti

Bruno Guglielminetti

Bruno suit la techno de près depuis plus de 22 ans, une riche carrière durant laquelle il a occupé les postes de directeur, réalisateur, spécialiste des nouvelles technologies, conseiller, auteur et chroniqueur à Radio-Canada, La Presse puis Le Devoir. Plusieurs prix ont d’ailleurs souligné ses talents de communicateurs.
Bruno Guglielminetti
Canoë

Un réseau social conçu pour les femmes

Un réseau social conçu pour les femmes

Le réseau social Women in Mind, ou WIM, est un nouvel outil d'échange et de communication pour la gent féminine.Photo WIM

Bruno Guglielminetti

Cette semaine, les amatrices de réseaux sociaux ont de la nouveauté à se mettre sous la dent. L'entrepreneure Geneviève Nadeau vient de dévoiler au grand jour un des secrets les mieux gardés depuis deux ans, le réseau social Women in Mind, ou WIM pour faire plus court.

Développé, testé et publicisé par le bouche-à-oreille depuis ses débuts, le réseau social pour femme compte à son lancement déjà plus de 5000 membres. Et aujourd'hui, maintenant que la formule et
l'outillage ont été testés, sa fondatrice ouvre les vannes et lance une invitation à se joindre gratuitement aux femmes du Québec.

Selon Mme Nadeau, la femme étant au cœur de WIM «on veut répondre à ses besoins. On veut créer un endroit spécialement pour elle, pour l'aider dans son quotidien».

Elle ajoute: «Ce concept n'existait pas, mais ce que WIM a prouvé depuis deux ans auprès de
milliers de femmes, c'est que les meilleures personnes pour nous venir en aide, sont les femmes de notre quartier. Elles ont les mêmes besoins, les mêmes contraintes et sont pleines de ressources».

On a l'impression que WIM pourrait devenir un outil virtuel de voisinage dans un contexte où les femmes aujourd'hui ont moins de temps pour développer leur réseau de proximité, leur réseau local
d'entraide.

Bien que les hommes puissent accéder au réseau de façon limité, par le biais d'offres de service par l'entremise de boutiques de quartier, le réseau est définitivement orienté vers une clientèle féminine. La fondatrice du réseau WIM insiste sur le fait que, «entre femmes, on ne parle pas des mêmes choses, de la même façon, avec la même ouverture. WIM se concentre sur elle, comme le font les magazines féminins par exemple».

Concrètement, ce réseau de voisines virtuelles se base sur la notion de «village», qui vient retisser les liens d'entraide en communauté pour faciliter la vie des femmes et promeut au passage l'entrepreneuriat local.

Alors ces quartiers ou villages, WIM en compte aujourd'hui sept, et ils sont situés dans la grande région montréalaise, à Québec et dans les Laurentides. Geneviève Nadeau prévoit l'ouverture d'une vingtaine d'autres dans les semaines à venir pour atteindre au moins 30 quartiers d'ici juillet prochain.

Surtout, ne cherchez pas le réseau Women in Mind sur le web, il est disponible uniquement en version mobile, comme la plupart des nouveaux réseaux sociaux de niche.

Et la bonne nouvelle en terminant, c'est que les utilisatrices de téléphones ou tablettes IOS et Android peuvent télécharger gratuitement l'application pour s'y brancher dès maintenant.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos