Le jeudi 10 juin 2010
12 au 28 février 2010
Aujourd'hui à Vancouver :  14°C à 17°C - Météo détaillée

Actualités

Patinage de vitesse

Marianne, reine de Saint-Félicien

Patinage de vitesse - Marianne, reine de Saint-Félicien
Marianne Saint-Gelais. -© Agence QMI/Daniel Mallard

Alain Bergeron
Journal de Montréal - 17/02/2010 23h49 - Mise à jour 18/02/2010 09h09


À la première journée de ses 20 ans, Marianne St-Gelais a trouvé à Vancouver un cadeau d’anniversaire qu’aucune boutique de Saint-Félicien n’aurait pu lui offrir: une médaille d’argent olympique.

Spontanée comme toujours, pas étonnant de voir le boute-en-train de l’équipe canadienne monter sur le podium de l’épreuve de 500 m, dans laquelle la vitesse pure est récompensée.

S’il lui fallait concéder la victoire à la championne en titre, Wang Meng, St-Gelais s’est servie de sa marque de commerce qu’est son départ explosif pour s’approprier du deuxième rang en partant et laisser l’Italienne Arianna Fontana et l’autre Canadienne, Jessica Gregg, dans sa suite.

Dès qu’elle a franchi la ligne d’arrivée, on a vu dans la section 2 de l’amphithéâtre devenu électrique, ses parents, Gaétan et Francine, puis sa soeur aînée, Marjorie, se sauter dans les bras comme un soir de Jour de l’An.

«Mets-en que je me rappelle du dernier tour. Quand j’ai entendu la cloche du dernier tour sonner, je me suis dit qu’il n’était pas bien de penser que c’était fini. Il ne fallait pas que je perde le focus», a avoué le nouveau chouchou du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sous les gradins, son copain Charles Hamelin l’a étreinte en lui tendant une bouteille de champagne. Sa «soeur» régionale au sein de l’équipe, Valérie Maltais, de La Baie, lui a sauté au cou. Tout le personnel et ses coéquipiers l’ont accueillie avec le traditionnel couplet de «Bonne fête».

«Elle a bien maîtrisé l’enjeu qui se présentait, avec toute la foule qu’il y avait, d’autant plus qu’il y a eu quelques rappels avant la course (chute et faux départ). Elle nous avait donné des indices à des Coupes du monde, mais elle a le mérite d’avoir concrétisé son potentiel dans la compétition», a indiqué l’entraîneur de l’équipe féminine, Sébastien Cros.

Roberge évincée

Se glisser en finale pour St-Gelais signifiait par la même occasion la sortie de Kalyna Roberge, en demi-finale. Avec devant la championne olympique en titre et reine de la distance depuis quatre ans, la Chinoise Wang Meng, aussi bien dire qu’il ne restait qu’un billet pour passer à la finale. Dès le départ de cette demi-finale, St-Gelais a dévoilé ses intentions en explosant devant sa copine Roberge. Le classement établi dans les 20 premiers mètres est resté le même jusqu’à la fin.

«Je me dis que ma place n’était peut-être pas de gagner une médaille», a concédé Roberge en pleurs, qui a terminé deuxième de la finale B. Cette sixième place au classement final la recale après sa quatrième d’il y a quatre ans, à Turin.

«Je ne cherche pas d’excuses, ni à ce qu’on me réconforte», dira-t-elle plus tard, après avoir pris la délicatesse de féliciter St-Gelais. «Je lui ai dit qu’elle avait fait ça comme une grande.»

Pour obtenir sa première médaille olympique individuelle, le nom de Kalyna Roberge se cache maintenant dans deux autres bouliers, celui du 1500 m (le samedi 20) et du 1000 m (le 26).

Vidéos | Sports

Question Olympique







Résultats
 
 

Dernières manchettes olympiques

[an error occurred while processing this directive]

à lire dans Canoë sports

Coupe Stanley
La coupe aux Hawks - JDM
Coupe Stanley
Le miracle des Blackhawks - JDM
Circuit Gilles-Villeneuve
Une chance pour Rosberg - JDM
Circuit Gilles-Villeneuve
Une saison excitante - JDM