Etienne Bouchard
Agence QMI

Maria Sharapova rebondira, selon Sylvain Bruneau

Les aveux de Maria Sharapova

Voir en plein écran

Etienne Bouchard

MONTRÉAL - Prise en défaut pour avoir consommé une substance interdite par l'Agence mondiale antidopage (AMA), Maria Sharapova mérite le bénéfice du doute et surtout, le droit de présenter ses arguments aux autorités compétentes, d'après le capitaine de l'équipe canadienne de la Coupe Fed, Sylvain Bruneau.

«Je choisis de croire sa version des faits selon laquelle elle consommait ce produit (le meldonium) depuis 10 ans. Je ne pense pas qu'elle ait voulu prendre pour améliorer ses performances. (...) C'est une grande ambassadrice pour le tennis et j'ai toujours entendu de bons commentaires sur elle; elle reviendra», a-t-il commenté lundi au sujet de celle étant suspendue provisoirement par la WTA.

«Son cas sera présenté devant la fédération internationale et on écoutera son discours, car c'est le premier tournoi suivant l'arrivée des nouvelles règles, soit depuis le début janvier, a-t-il poursuivi. Ce médicament lui a été prescrit et elle a de bons médecins autour d'elle, donc elle pourrait obtenir l'absolution.»

En dépit de ces facteurs atténuants, la nouvelle fait mal au monde du tennis. Après tout, la septième raquette mondiale a déjà occupé la tête du classement et demeure l'une des figures les plus en vue du circuit.

«Déjà qu'aux Internationaux d'Australie, on parlait de matchs truqués, disons que ce ne sont pas de bonnes nouvelles et ça laissera des traces. Je comprends la réaction négative de certains», a précisé Bruneau.

Amélioration

Néanmoins, celui-ci estime que son sport lutte plus farouchement contre le fléau du dopage depuis quelques années. Effectivement, des joueurs connus tels Marin Cilic ont été punis, mais le tennis semble dans une meilleure situation que d'autres disciplines comme le cyclisme.

«La réalité, c'est que les joueurs sont beaucoup plus testés et on sent un suivi plus serré. Ce sera impossible de radier ce problème, mais il y a une progression, a affirmé Bruneau.

«Aussi, tous nos Canadiens doivent maintenant se signaler tout le temps. À titre d'exemple, une fois, Aleksandra Wozniak prenait part à un camp d'entraînement en Floride en décembre 2013 et les gens de l'AMA étaient débarqués dans sa chambre d'hôtel à 6 h du matin pour faire des tests!»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos