AFP

Wawrinka enlève son deuxième tournoi de l'année

Wawrinka enlève son deuxième tournoi de l'année

Stan Wawrinka.Photo Karim Sahib / AFP

Stan Wawrinka, numéro 4 mondial, a remporté son deuxième tournoi ATP de l'année à Dubaï, après Chennai début janvier, en s'imposant devant le Chypriote Marcos Baghdatis 6-4 et 7-6 (13) en finale, samedi, après «un bris d'égalité de folie».

«Jusqu'à 6/6 dans le jeu décisif, j'avais tout le temps un bris d'avance. J'ai fait, je crois, deux doubles fautes et deux-trois fautes rapides», a commenté le vainqueur de Roland-Garros 2015 et des Internationaux d'Australie en 2014.

«Ensuite, c'était la guerre des nerfs: 6-6, 7-7, 10-10. J'ai essayé d'être présent, j'ai tenté de jouer simple tout en restant agressif. Et c'était bien que ça se termine en deux sets!», a reconnu Wawrinka avec soulagement.

Le Suisse, qui avait dû sauver deux balles de match au premier tour, avait été éliminé en quarts de finale à Marseille la semaine dernière. Il a enlevé, à 30 ans, le 13e trophée de sa carrière.

«J'ai vécu une semaine étonnante, c'est une certitude avec des débuts très compliqués. Mais j'ai toujours réussi à me battre, à m'améliorer jour après jour. Je suis alors vraiment heureux d'avoir décroché ce trophée. J'ai des sentiments bizarres en particulier aujourd'hui où j'ai joué du très bon tennis. Mais la finale a été très difficile», a-t-il conclu.

S'il a battu Baghdatis pour la 6e fois de rang, Wawrinka a disputé la finale la plus serrée des 24 ans d'existence du tournoi.

De son côté, le Chypriote a perdu sa cinquième finale d'affilée depuis sa victoire à Sydney en 2010.

«J'ai aperçu une petite lumière au bout du tunnel. Je suis heureux d'être de retour et capable de jouer aussi bien. Il me faudra continuer et espérer faire aussi bien tout au long de l'année», a réagi Baghdatis.

«C'est sûr que je n'ai pas eu de chance dans le bris d'égalité alors qu'elle était de mon côté toute la semaine. Je n'ai pas gagné le tournoi mais j'ai gagné beaucoup plus: ma confiance est de retour», a conclu le Chypriote.

Carla Suarez profite des défaillances des favorites

Carla Suarez, 11e joueuse mondiale, a remporté le tournoi de Doha en battant la jeune Jelena Ostapenko (18 ans) 1-6, 6-4, 6-4 samedi en finale et en profitant pleinement des forfaits et éliminations précoces des reines du circuit féminin.

«Ce tournoi a été vraiment difficile, la victoire a donc beaucoup de significations pour moi. C'est magique», a réagi l'Espagnole de 27 ans après avoir soulevé le second trophée de sa carrière (en neuf finales), après celui d'Oeiras, au Portugal en 2015.

«Les meilleures joueuses du monde étaient ici et en plus il m'a fallu jouer tous les jours. Ce n'était pas facile. C'est donc incroyable, un rêve devenu réalité», a ajouté Carla Suarez en référence à son entrée dans le Top 6 mondial dès lundi.

«J'ai déjà été dans le top 10, mais le 6 est un numéro spécial!», a reconnu l'Espagnole.

Après les forfaits d'avant tournoi de Serena Williams et de Maria Sharapova notamment, Doha a perdu d'entrée sa tête d'affiche, l'Allemande Angelique Kerber, N.2 mondiale et lauréate des Internationaux d'Australie qui effectuait son retour après son triomphe australien. Le même jour, la Roumaine Simona Halep, no 4, quittait aussi le tournoi.

Carla Suarez a franchi, elle, un cap en demi-finale en écartant avec autorité Agnieszka Radwanska 6-2, 6-0, la no 3 mondiale.

Sans doute encore dans l'euphorie de son succès de prestige, Carla Suarez a été immédiatement refroidie par la hargne de la jeune Ostapenko, pas du tout impressionnée pour la deuxième finale de sa carrière après celle de Québec en 2015.

S'appuyant sur une première balle très performante (5 aces, 67%), la jeune Ostapenka, 88e, n'a pourtant pas réussi à écoeurer Suarez, 27 ans, qui, petit à petit, est revenue dans la partie grâce un bon premier service (78%) et sa capacité à transformer en points ses secondes balles (58% contre 48%).

Ainsi, après avoir égalisé à un set partout, l'Espagnole a dû encore se battre sur tous les points pour prendre le meilleur sur la Lettonne qui va entrer dans le Top 50 dès lundi, en compagnie de deux autres jeunes âgées également de 18 ans.

«Ce fut une semaine fantastique pour moi. J'ai essayé de faire de mon mieux en jouant comme j'en ai l'habitude», a commenté la Lettonne.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos