Le Canada écrit l'histoire face à l'Espagne


Alexandre Parent

Dernière mise à jour: 03-02-2013 | 18h28

VANCOUVER - Milos Raonic a enfoncé le dernier clou dans le cercueil de l'Espagne, dimanche à Vancouver, alors qu'il a triomphé de Guillermo Garcia-Lopez pour permettre au Canada de défaire ses rivaux hispaniques lors de la rencontre de premier tour du Groupe mondial de la Coupe Davis.

Raonic, 15e joueur au monde, a pris la mesure de son adversaire, 82e au classement de l'ATP, en trois manches de 6-3, 6-4 et 6-2.

Il s'agit d'une première victoire pour la nation unifoliée dans un duel du Groupe mondial de la prestigieuse compétition par équipe. À la suite de ce coup d'éclat, le Canada se frottera à l'Italie lors des quarts de finale. La rencontre aura lieu en sol canadien du 5 au 7 avril.

Aussi sur Canoe.ca

«C'est incroyable, a souligné Raonic devant les journalistes après le match. D'avoir fait tout ce que nous avons fait et de tenir cette conversation, c'est incroyable.»

C'est la première fois depuis 2006 que l'Espagne, première nation de tennis au monde, s'incline au tour initial du Groupe mondial de la Coupe Davis. Le pays avait alors baissé pavillon face au Bélarus.

Même si les meilleurs joueurs espagnols (Rafael Nadal, David Ferrer, Nicolas Almagro, Fernando Verdasco) n'ont pu faire le voyage à Vancouver, Raonic ne croit pas pour autant que la victoire est moins grande.

«Ça nous a pris beaucoup de courage, de ténacité et de détermination pour passer à travers, a continué le meilleur joueur unifolié. Et le crédit revient aussi à Frank [Dancevic]. Ce qu'il a fait [victoire convaincante contre Marcel Granollers, vendredi] est fantastique.»

L'agressivité de Raonic

Raonic et Garcia-Lopez ne s'étaient jamais affrontés auparavant au sein du circuit de l'ATP. Les deux hommes se sont donc étudiés pendant quelques jeux au début du match. Puis, Raonic est passé à l'attaque, laissant son rival toujours sur la défensive. Le résultat, un bris de service à la sixième partie de la manche initiale, a pavé la voie à un résultat de 6-3.

Par la suite, Raonic n'a jamais ralenti, prenant le service de son adversaire dès le début de la deuxième manche. Il a ensuite terminé le deuxième engagement de brillante façon, avec un as, alors son 18e de la journée. Il a conclu sa journée de travail avec un total de 22.

«J'ai peut-être été un peu trop passif, a indiqué Garcia-Lopez. Toutefois, je n'essayais que de remettre la balle en jeu sur son service. Il possède les meilleures remises en jeu du circuit.»

Le pari raté de Corretja

Une heure avant le début de la rencontre, le capitaine espagnol, Alex Corretja, faisait connaître sa stratégie en annonçant que Garcia-Lopez serait l'adversaire de Raonic.

Le meneur hispanique n'avait pas le choix; il ne pouvait renvoyer dans la mêlée Marcel Granollers, qui avait été tout simplement horrible contre Frank Dancevic, vendredi. De plus, il ne pouvait faire confiance à Marc Lopez, un joueur de double, et ne pouvait assigner la tâche à Albert Ramos, puisque ce dernier avait affronté Raonic, toujours vendredi.

La pression revenait donc sur les épaules de Garcia-Lopez, qui n'a rien pu faire contre le brio et l'agressivité du meilleur joueur canadien. Au final, Raonic aura réussi 56 coups gagnants contre une maigre récolte de six pour son rival.

Dans un match au meilleur des trois manches qui ne voulait rien dire, Ramos a défait Dancevic 7-5 et 6-4 pour porter le pointage total à 3-2.

La rencontre de la Coupe Davis entre le Canada et l'Espagne était diffusée sur les ondes de la chaîne TVA Sports.



Vidéos

Photos