Milos Raonic d'entrée de jeu


Alexandre Parent

VANCOUVER – Le tirage au sort de la rencontre de premier tour de la Coupe Davis entre le Canada et l’Espagne a été effectué jeudi à Vancouver et c’est le Canadien Milos Raonic qui ouvrira les hostilités.

Raonic, 15e raquette mondiale, se mesurera à l’Espagnol Albert Ramos, 51e joueur au classement de l’ATP, lors du premier duel de simple, vendredi. Le représentant de l’unifolié Frank Dancevic (166e) affrontera par la suite Marcel Granollers (34e).

Puis samedi, ce sera au tour du vétéran de 40 ans Daniel Nestor et du jeune Vasek Pospisil de fouler le terrain du Doug Mitchell Thunderbird Sports Centre. La paire canadienne disputera la victoire à l’un des meilleurs duos de double de l’ATP, formé de Granollers et de Marc Lopez. Ces derniers ont d’ailleurs remporté le Championnat de fin de saison, en novembre 2012.

Puis, dimanche, les deux derniers affrontements de simple mettront aux prises Raonic et Granollers, ainsi que Dancevic et Ramos. Toutefois, les capitaines des deux équipes, Martin Laurendeau et Alex Corretja, pourront faire des modifications à leur formation s’ils le désirent.

Aussi sur Canoe.ca
À LIRE SUR CANOE.CA:
La porte est ouverte pour le Canada

SUR LE JOURNAL DE MONTRÉAL:
La surface, pas un avantage

La première nation à triompher lors de trois rencontres sera sacrée vainqueur et accédera aux quarts de finale de la compétition. En cas de victoire canadienne, ce sera la première fois de l’histoire que le pays remporte un duel du Groupe mondial de la Coupe Davis.

Une question d’exécution

Bien que les Espagnols ne pourront compter sur leurs meilleurs joueurs – Rafael Nadal, David Ferrer, Nicolas Almagro et Fernando Verdasco ont tous déclaré forfait -, le capitaine de la formation canadienne, Martin Laurendeau, croit plutôt en l’exécution de ses hommes qu’à la performance de leurs adversaires.

«Nous sommes confortables avec le style de jeu que joue l’Espagne, a indiqué Laurendeau après le tirage au sort. Pour nous, c’est une question d’exécuter correctement. Nous avons tout fait pour nous préparer adéquatement, sachant qu’ils ont des droitiers et des gauchers [dans leur équipe].»

La mononucléose de Pospisil, un facteur

La sélection de Dancevic comme deuxième joueur de simple peut en surprendre plusieurs, compte tenu de son rang mondial et du fait que c’est Pospisil (131e) qui a normalement cette responsabilité.

«Je suis en confiance, a admis Dancevic. Je me sens bien mentalement et physiquement. J’ai joué du bon tennis en Australie, récemment. «J’ai toujours aimé jouer en Coupe Davis et je crois vraiment que je fais partie du top 100 mondial.»

Pospisil a souffert d’une mononucléose il y a quelques semaines et cela a directement influencé Laurendeau dans la formation de son équipe.

«La mononucléose a affecté Vasek [Pospisil] au point où il n’est pas allé en Australie, a confié Laurendeau. La priorité pour lui en ce moment, c’est d’y aller un pas à la fois.»

La rencontre entre le Canada et l’Espagne sera présentée sur les ondes de la chaîne TVA Sports, du 1er au 3 février prochain.


Vidéos

Photos