Agence QMI
Agence QMI

Patrice Bernier s'ouvre dans une lettre

Patrice Bernier s'ouvre dans une lettre

Photo Chantal Poirier

Agence QMI

Patrice Bernier mettra un terme à sa carrière d'athlète au terme de la saison de l'Impact de Montréal, et il s'est ouvert sur son cheminement dans une lettre publiée sur le site The Player's Tribune, dimanche, rendant hommage à ses parents, qui l'ont appuyé pendant son enfance.

Fils d'immigrants haïtiens, Bernier a grandi en revoyant sur VHS de vieux matchs du Brésil et de l'Argentine lors de Coupes du monde, dans une famille où Pelé et Diego Maradona étaient adulés.

«Une chose à propos des Haïtiens est qu'ils sont de grands partisans du soccer brésilien - les maillots jaunes, les shorts bleus et les bas blancs, a expliqué Bernier. Mon père me parlait souvent de l'équipe de 1970, de Pelé, à quel point il était bon.»

Il a commencé à jouer au soccer au plus jeune âge, et il a rapidement dû faire un choix entre le soccer et le hockey, qu'il pratiquait également. Il a finalement penché pour le soccer en vertu de cet héritage familial, même s'il croit que son père aurait préféré le voir jouer au hockey.

«Au fond de moi, je sais que mon père aurait préféré que je poursuive le rêve d'atteindre la Ligue nationale de hockey (LNH). Je sais qu'il voulait que je sois comme P.K. Subban avant l'ère P.K. Subban, mais ce n'était pas ma voie.»

L'inconnu

Le capitaine de l'Impact a également commenté son arrivée avec le Moss FK, en Norvège. Habitué à voyager pour des tournois et de vivre de longs moments loin de Montréal, il a toutefois subi un choc en s'installant en Europe pour une longue période, «à un vol ou deux de la maison».

«Vivre seul te donne beaucoup de temps pour penser. Tu te demandes, qu'arriverait-il si je n'étais pas ici? Si j'étais de retour à la maison, avec mes amis et la famille. (...) Mais tu as sacrifié tout ça pour devenir un professionnel, alors il faut l'accepter.»

Montréal avant tout

Malgré de grands moments en Norvège et au Danemark, Bernier a effectué un retour à Montréal lorsque l'Impact a fait le saut en Major League Soccer (MLS).

Un match en particulier demeurera parmi les plus beaux souvenirs de Bernier. Le Brossardois a évoqué le match-retour contre le Toronto FC en 2016, en demi-finale du Championnat canadien.

«Quand j'ai commencé ma carrière, la pensée de pouvoir vivre une atmosphère de Coupe du Monde à Montréal n'était qu'un rêve. Mais vous, les partisans de l'Impact, en avez fait une réalité pour moi.»

Changement de carrière

Bernier a également évoqué son après-carrière, alors qu'il entamera la vie d'entraîneur avec l'Académie, l'année prochaine. Et il ne fera pas les choses à moitié.

«Ne vous méprenez pas. Tout comme à titre de joueur, je veux être le meilleur. Je vais enseigner à la prochaine génération, en espérant qu'elle puisse accomplir plus que ce que j'ai fait.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos