Dave Lévesque
Agence QMI

Didier Drogba ne jouera pas sur surface synthétique

Dave Lévesque

Dernière mise à jour: 03-03-2016 | 13h09

MONTRÉAL - Il y a un nouveau chapitre dans le feuilleton Didier Drogba, car l'Ivoirien ratera au moins les deux premiers matchs de la saison de l'Impact de Montréal.

La direction de l'équipe préfère jouer de prudence en choisissant de soustraire son attaquant aux surfaces synthétiques.

Quatre des cinq premiers matchs du Bleu-Blanc-Noir seront disputés sur du gazon artificiel.

«Didier ne sera pas avec nous en début de saison lorsque nous allons jouer et nous entraîner sur le synthétique. C'est un trop gros risque», a indiqué le directeur technique Adam Braz, jeudi midi.

Celui-ci a du même souffle laissé entendre que Drogba pourrait faire ses débuts lors de la visite à Dallas, le 19 mars. Entre-temps, l'attaquant s'entraînera vraisemblablement à l'étranger.

«On ne va pas commenter l'endroit où il ira. Pour le moment, on recherche le meilleur environnement afin qu'il soit prêt pour le match à Dallas», a déclaré Braz.

Savait-on dans le camp de l'Impact qu'il en serait ainsi? Dur à dire, mais disons qu'il valait mieux attendre pour ne pas nuire aux ventes de billets pour les deux premières parties au Stade olympique.

Douleur

Comme plusieurs joueurs européens, Drogba n'aime pas particulièrement les surfaces synthétiques.

L'attaquant de 37 ans a rappelé qu'il s'y était risqué la saison dernière avec des résultats mitigés, d'autant plus qu'il avait subi un nettoyage du ménisque avant d'arriver à Montréal, l'été dernier.

«Je me suis entraîné sur le synthétique avant la partie à Orlando et au bout de 20 minutes, mon genou a enflé.

«J'ai fait un effort en Nouvelle-Angleterre, parce que le match était décisif pour se qualifier pour les séries. Sur les derniers matchs, j'ai dû gérer mon genou et je ressentais plus la fatigue», a-t-il admis devant une horde de journalistes, tout en préférant ne pas identifier le genou touché.

Risque

Drogba a parlé de danger potentiel s'il jouait sur du gazon synthétique en début de saison.

«Je ne peux pas me permettre de prendre ce risque, a-t-il insisté. Ça ne sert à rien de jouer ces matchs et d'en louper une dizaine ou une quinzaine.

«Je tiens à corriger: ce n'est pas que je n'ai pas envie de jouer, mais c'est que je ne peux pas jouer par rapport à mon genou.»

Tout en n'écartant pas la possibilité que Drogba évolue sur une surface synthétique plus tard dans la saison, Adam Braz a admis que la situation aurait peut-être été différente si le premier match de la campagne, dimanche, avait été disputé sur une surface naturelle.

«Possiblement que si on commençait la saison sur le gazon, il jouerait. Ce n'est pas si pire que ça, on l'a vu à St. Petersburg.»

Évasif

Tout comme Braz, Drogba s'est montré évasif quant à sa destination d'entraînement.

«Ce n'est pas une question de savoir où je veux m'entraîner, mais plutôt de trouver ce qui est le plus confortable pour mon genou.

J'adorerais m'entraîner à Montréal, ça serait mieux pour moi si je n'avais pas à voyager, mais je préfère le gazon naturel pour ne pas avoir de problèmes avec mon genou.»

Drogba a confirmé ce que l'on savait tous, c'est-à-dire que la surface synthétique du Stade olympique est loin d'être idéale.

«Ce n'est pas facile de s'entraîner ici. Les joueurs sont fatigués en raison des impacts au sol et après une opération au genou, ce n'est pas l'idéal.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos