L'Impact rêve de Bekker

Soccer

Kyle Bekker intéresse l'Impact. Photo AFP / Getty

À quelques heures du repêchage de la Major League Soccer (MLS), la direction de l'Impact de Montréal souhaite améliorer sa position afin de mettre la main sur le milieu de terrain canadien Kyle Bekker.

«Nous voulons nous approcher pour obtenir Bekker, mais ce ne sera pas facile», a admis sans détour le directeur technique Nick De Santis, mercredi, au cours d'une conférence téléphonique alors qu'il venait à peine d'arriver à Indianapolis où aura lieu la séance de sélection jeudi après-midi.

Originaire d'Oakville, en Ontario, Bekker a disputé les quatre dernières saisons avec les Eagles de Boston College, en plus d'être un rouage important de l'équipe nationale qui a atteint les demi-finales du tournoi de qualification olympique de la CONCACAF, il y a près d'un an.

Mesurant 5 pieds 10 pouces et pesant 165 livres, Bekker est un milieu qui aime se porter à l'attaque et distribuer des passes décisives.

«Il a connu une très bonne semaine (au camp d'évaluation). Il a les qualités et le profil des joueurs qu'on recherche pour notre identité», a précisé De Santis.

En compétition

Cependant, il y a une embûche de taille pour l'Impact, qui parlera pour la première fois au huitième rang, en plus de disposer d'un autre choix en ronde initiale et de deux sélections au tour suivant.

En effet, le Toronto FC détient les première et troisième sélections, alors que les Whitecaps de Vancouver auront le plancher deux rangs plus tard.

«Il n'y a pas seulement les autres équipes canadiennes qui s'y intéressent, mais les autres équipes en général. Tout le monde a vu que Bekker a bien fait», a fait remarquer le directeur technique.

Celui-ci espère profiter de ses nombreux choix afin d'améliorer son rang de sélection.

«Nous voulons essayer d'améliorer notre position pour nous rapprocher du premier rang. Aucune équipe ne nous a approché.

«Chivas a déjà annoncé qu'il repêcherait Carlos Alvarez au deuxième rang, ce qui nous aide.»

À l'attaque

Le onze montréalais entend utiliser ses choix afin d'ajouter du mordant à une attaque qui s'est tout de même bien débrouillée la saison dernière.

«On a dit qu'on voulait améliorer notre côté offensif même si l'an passé, nos problèmes étaient défensifs.
«On cherche un autre attaquant pour compléter Di Vaio, Wenger et Nyassi, de même qu'un joueur défensif pour s'améliorer sur les côtés.»

Si l'Impact n'arrive pas à mettre le grappin sur Bekker, il pourrait se tourner vers les attaquants Emery Welshman et Asthon Bennett.

Le premier est Canadien alors que le second est Jamaïcain d'origine, mais est résident canadien et deviendra citoyen dans moins de deux ans.

Bouger vite

De l'aveu de Matt Jordan, directeur des opérations soccer, la cuvée 2013 n'est pas des plus relevées.

«Ce n'est pas un repêchage avec autant de profondeur que dans les dernières années, mais il y a des possibilités pour toutes les équipes qui abordent la sélection avec une approche à long terme.»

Pour cette raison, on va penser vite à la table de l'Impact.

«Les choses peuvent changer rapidement d'un choix à l'autre et il faut prendre des décisions rapides basées sur les besoins, mais aussi sur le talent.»

Non à Hassli

Par ailleurs, l'Impact affirme ne pas être au courant de rumeurs au sujet de l'attaquant Éric Hassli, qui aurait demandé au Toronto FC de le libérer même s'il reste une année à écouler à son contrat.

Après une première saison prometteuse à Vancouver en 2011, sa cote a chuté dramatiquement l'an passé et il a été échangé à Toronto.

«On connaît bien Hassli et Marco (Schällibaum) aussi», a exprimé un De Santis évasif.

Schällibaum a brièvement dirigé l'attaquant français avec le Servette FC en 2004.


Vidéos

Photos