Plus de Québécois avec l'Impact?

Soccer

Philippe Eullaffroy, directeur de l'Académie et entraîneur-chef U21, a participé au lancement de la docu-réalité «L'impact de l'Académie». © Agence QMI/Sébastien St-Jean


Benoît Rioux

Le nombre de joueurs québécois évoluant avec l'Impact de Montréal dans la Major League Soccer (MLS) est appelé à grimper. Il suffit de voir un extrait de la nouvelle docu-réalité «L'impact de l'Académie», présentée sur la chaîne MAtv, pour s'en convaincre.

«L'Impact sait très bien que si on veut amener des jeunes Québécois au niveau de la MLS, il faut les former», a résumé le directeur de l'Académie, Philippe Eullaffroy, vantant la structure «unique en Amérique du Nord» mise en place par le club montréalais.

Aussi sur Canoe.ca

Dans «L'impact de l'Académie», on découvre les jeunes joueurs de soccer du Québec. Dès l'âge de 12 ans, ils sont confrontés aux sacrifices à faire, sur le terrain comme à l'extérieur, afin de gravir les échelons à l'aide d'un programme qui combine le sport et les études. Pendant un an, la production a ainsi suivi les activités de l'Académie de l'Impact de Montréal dans cette quête de former les meilleurs joueurs pour l'organisation.

«Le Québec a une identité propre et forte. Si on veut être en osmose avec notre environnement, c'est évident qu'on veut un maximum de joueurs d'ici au sein de l'équipe», a noté Eullaffroy.

Après Bernier et Ouimette...

Lors de la saison 2012, Patrice Bernier a brillamment défendu les couleurs de l'Impact. Le jeune défenseur Karl W. Ouimette est par ailleurs devenu le premier produit issu de l'Académie à faire le saut dans la MLS. L'avenir s'annonce encore plus prometteur, selon Eullaffroy.

«Ce serait très bien si d'ici cinq ans, on pouvait compter une dizaine de Québécois parmi les 25 à 30 joueurs de l'équipe», a avancé le directeur.

Si Bernier croit pour sa part aux vertus de l'Académie, il craint qu'il soit difficile de multiplier le nombre de Québécois sur le onze partant de l'Impact.

«Ce n'est pas parce qu'on a l'Académie, qu'on comptera nécessairement une dizaine de Québécois sur le terrain en même temps, a affirmé celui qui a été nommé joueur de l'année avec l'Impact. J'espère que nous serons peut-être deux ou trois l'an prochain. Il sera toutefois difficile d'en avoir plus que quatre ou cinq un jour sur le onze partant.»

Pépites recherchées

Chez l'Impact, on a assurément conscience de devoir miser sur la qualité plutôt que la quantité au moment d'organiser les camps de sélection invitant les jeunes athlètes québécois à montrer leur savoir-faire.

«Nous sommes comme des chercheurs d'or lors des détections, a illustré Eullaffroy, dans la docu-réalité de MAtv. Et c'est là que le métier est fabuleux. On a énormément d'espoir, il y a beaucoup d'attentes, beaucoup d'excitation et on est rarement déçu, car la quantité nous importe peu. Si lors d'une détection, on ne trouvait qu'une seule pépite, ça vaudrait la peine.»

«C'est certain qu'on veut renforcer l'identité du club et on a le potentiel pour le faire au Québec, a complété Eullafroy. Jusqu'ici, le terrain québécois est exploré, mais peut-être inexploité. L'Académie de l'Impact sert à corriger la situation.»

À propos de son avenir au sein de l'Impact, Eullaffroy avoue avoir eu certaines discussions avec l'organisation depuis le départ de l'entraîneur Jesse Marsch. S'il est heureux dans son rôle actuel de directeur de l'Académie et d'entraîneur-chef de l'équipe des moins de 21 ans, Eullaffroy convient qu'il demeurerait à l'écoute si jamais on lui offrait un rôle d'entraîneur avec le club professionnel de la MLS.

- Le premier épisode de la série «L'impact de l'Académie» est disponible en ligne (www.matv.ca/visionnement.php). La docu-réalité de MAtv, qui sera diffusée le vendredi 18h30, comprend un total de 12 émissions d'une durée de 30 minutes.


Vidéos

Photos