Jesse Marsch n'est plus l'entraîneur-chef


Benoit Valois-Nadeau

Dernière mise à jour: 03-11-2012 | 13h13

Quelques jours après avoir dressé un bilan positif de leur première saison dans la Major League Soccer, l’Impact de Montréal et son entraîneur-chef Jesse Marsch ont causé la surprise en mettant fin à leur association, samedi.

«D’un commun accord avec Jesse, nous vous annonçons aujourd’hui [samedi] son départ de l’Impact de Montréal. Il ne s’agit pas d’une démission, ni d’un congédiement, a soutenu en conférence de presse Joey Saputo, président de l’équipe.

«C’est une séparation à l’amiable. Par respect mutuel, nous avons pris cette décision ensemble pour le bien du club.»

Aussi sur Canoe.ca

«Ce n’est pas une décision facile à prendre, compte tenu des liens que j’avais établis avec l’organisation, mais pour moi c’était la meilleure chose», a ajouté Marsch, aux côtés de ses anciens patrons.

Même si la direction s’est dite satisfaite du travail de Marsch à sa première saison à la barre de l’équipe, une divergence de philosophie entre les deux parties est à l’origine de la rupture.

«Nous avions les mêmes objectifs pour l’organisation, mais nous avons réalisé au cours des dernières semaines que nous n’avions pas la même philosophie sur l’avenir et sur les moyens à utiliser pour obtenir du succès, a expliqué Saputo.

« Nous partagions les mêmes buts, mais il y a beaucoup de petites choses sur lesquelles il aurait été difficile de s’entendre, a renchéri le patron de l’Impact. Je ne veux pas entrer dans les détails, mais nous avons compris qu’il aurait été difficile pour nous de travailler ensemble dans l’avenir en raison de nos divergences. Nous avons pris la meilleure décision pour l’équipe et pour Jesse.»

L'entraîneur des gardiens Preston Burpo et le préparateur physique Adam Rochstein ne seront pas de retour également.

Si personne n’a voulu trop s’avancer sur les causes précises de ce divorce, on peut vraisemblablement croire que les divergences entre la philosophie nord-américaine de Marsch et la direction européenne que semble vouloir prendre l’équipe, avec notamment l’embauche des Italiens Marco Di Vaio et Alessandro Nesta, auront eu raison du premier entraîneur de l’Impact en MLS.

L’Américain de 38 ans a refusé de commenter à ce sujet.

Un bilan positif

Nommé le 10 août 2011, Marsch en était à une première expérience en tant qu’entraîneur-chef.

En 36 rencontres, MLS et Championnat canadien confondus, il aura donc mené l’Impact vers un dossier de 12 victoires, 17 défaites et sept matchs nuls.

Avec une récolte de 42 points, le onze montréalais, une équipe d’expansion, a terminé en septième dans l’association Est, à 11 points d’une participation aux séries éliminatoires.

L’ancien milieu de terrain a passé 14 saisons dans la MLS. Sa connaissance du circuit et son expérience avec l’équipe nationale américaine ont pesé lourd dans la balance lors de son embauche.

«Nous avons dit mercredi (lors du bilan de fin de saison) que nous étions satisfaits du travail de Jesse, et nous le sommes toujours aujourd’hui. Avoir nommé Jesse Marsch comme entraîneur à notre première saison était la bonne décision à prendre. Il a toujours eu l’équipe à cœur et a donné son maximum pour qu’elle connaisse du succès.»

Marsch s’était également attiré des éloges pour son apprentissage rapide de la langue française.

Pas de remplaçant en vue

Les dirigeants de l’équipe ne semblent pas pressés de lui trouver un remplaçant. Les entraîneurs adjoints Mike Sorber, Dennis Hamlet et Mauro Biello assureront l’intérim.

Cette annonce survient à la veille du départ du club pour une tournée d’après-saison en Italie, du 5 au 17 novembre. Un total de 25 joueurs prendra part à se périple durant lequel le onze montréalais affrontera le Bologne FC et la Fiorentina, deux équipes de la Serie A italienne.


Vidéos

Photos