Alain Bergeron
Agence QMI

La guigne du vendredi 13 pour les bosseurs québécois

La guigne du vendredi 13 pour les bosseurs québécois

Chloé Dufour-Lapointe.Photo d'Archives / Agence QMI

Alain Bergeron

Le vendredi 13 exerce des pouvoirs maléfiques sur les skieurs acrobatiques québécois. Aucun d'entre eux n'a accédé au podium de la Coupe du monde des bosses de Lake Placid, vendredi, dont Mikaël Kingsbury qui n'a pas vécu un pire affront depuis trois ans avec sa sixième place.

Sur une piste glacée par le retour du temps froid après la pluie de jeudi, la journée de Kingsbury résume à elle seule la guigne qui guettait le groupe. Premier de la qualification et deuxième de la première finale pour se hisser parmi les six skieurs de l'ultime finale, le patron de la Coupe du monde a payé pour son agressivité en ratant son deuxième saut.

Depuis qu'il règne sur son sport avec 54 podiums et 34 victoires en Coupe du monde, le «King» enregistre son pire résultat dans un concours individuel depuis le 15 janvier 2014. Ce jour-là, il avait aussi terminé sixième et, comme par hasard, à Lake Placid!

«Je n'ai pas fait la dernière descente que je voulais, je me suis accroché au milieu. Ça arrive. Je ne peux pas être parfait à chaque coup, même si j'aimerais l'être. C'est un bon réveil en prévision de Val Saint-Côme (samedi prochain)», a commenté l'athlète de Deux-Montagnes, qui a vu le Kazakh Dmitriy Reiherd signer sa deuxième victoire à l'âge de 28 ans.

Chloé 4e

Chloé Dufour-Lapointe est la seule Québécoise à s'être approchée des trois marches convoitées en terminant quatrième, sa sœur Maxime n'ayant pas été en mesure de compléter sa descente dans l'ultime finale.

«Je suis contente de ce que j'ai fait. J'ai bien skié et je suis contente de ma progression. Je m'efforce de donner la meilleure performance possible et, pour le reste, je ne suis pas capable de le contrôler», a-t-elle exprimé.

Ce blanchissage devra s'accompagner d'un astérisque dans l'histoire de ce sport qu'on croyait appartenir majoritairement aux skieurs québécois. Il faut remonter aussi loin qu'au 18 mars 2010, à Sierra Nevada en Espagne, pour n'apercevoir aucun visage québécois sur le podium dans un même jour.

Préparation à Val Saint-Côme

«Tout le monde a poussé ses limites comme "Mik" (Kingsbury) qui a skié super rapidement dans sa finale. On fait juste grandir de ça et on prend de l'expérience. Ça va nous préparer pour Val Saint-Côme parce que c'est souvent glacé là-bas aussi», a affirmé Chloé Dufour-Lapointe.

Les organisateurs de la Coupe du monde de samedi prochain à Val Saint-Côme tenteront sûrement de chasser ce scénario possible de leurs pensées durant la prochaine semaine.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos