Alain Bergeron
Agence QMI

Alex Harvey termine deuxième sur les Plaines

Alain Bergeron

Dernière mise à jour: 04-03-2016 | 17h22

QUÉBEC - Quatre mois avant que Sting et Peter Gabriel n'y lancent le Festival d'été, Alex Harvey s'est chargé de leur réchauffer les plaines, vendredi! Sa deuxième place du sprint en style libre a presque fait oublier la victoire du Français Baptiste Gros, qui s'est lui-même qualifié de casse-pieds dans cette journée toute québécoise.

«C'était magique de pouvoir faire ça devant les gens qui me sont chers. Ils me supportent et me suivent à la télé quand je suis en Europe, mais là, on a vécu tout ça ici ensemble», a exprimé Harvey qui, pour la première fois de sa carrière, a pu s'amuser au jeu d'allumer une foule en pompant ses bras vers le ciel.

Presque les mondiaux

Sous un ciel bleu sans tache qui nous a remis en bons termes avec l'hiver, on aurait dit que cette troisième étape du Tour de Ski du Canada se dessinait pour le chouchou du jour.

Pendant qu'il construisait sa route durant les deux premières rondes finales, des costauds de la discipline du sprint, victimes de chutes, quittaient la table avant le dessert. Dehors l'Italien Pellegrino, meneur de la Coupe du monde; dehors les Norvégiens Krogh et Hattestad.

Une course au milieu d'un tour de ski n'est pas les championnats du monde, mais avec l'ambiance du jour, ajoutée à la pression de vouloir bien faire près de «sa» Grande-Allée, Harvey s'est risqué à comparer son podium d'hier à sa médaille d'argent du sprint d'il y a un an en Suède.

«La pression était la même parce que c'est l'événement le plus important pour nous cette saison (ce Ski Tour). Une journée de sprint, en plus, c'est la plus stressante à vivre parce que tu peux avoir jusqu'à quatre courses. C'était stressant, mais j'aime ce genre de stress. Ça me donne de l'énergie, de l'adrénaline», a illustré l'athlète de 27 ans, dont la réussite lui a permis de se hisser du sixième au quatrième rang du cumulatif.

«Dans tous les championnats mondiaux qu'il a faits, du junior jusqu'à maintenant, Alex a toujours fait un podium. C'est là que se trouve la grosse pression. Ici aujourd'hui (vendredi), il y avait de la grosse pression. La foule criait et la conférence de presse de la veille avait été longue, mais il réagit vraiment bien à la pression. Il est bien là-dedans», a rappelé son entraîneur Louis Bouchard, pendant les cérémonies du podium.

Baptiste s'en excuse

Après qu'il eut fondu sur le Russe Sergey Ustiugov dans les derniers mètres de la finale, Harvey se disait que ça y était. Mais le Français Baptiste Gros a surgi dans son angle mort à sa droite. Il venait de signifier que ce parcours jugé difficile avait aussi le mérite d'être honnête envers ses spécialistes de ce genre d'épreuve en leur accordant les largeurs suffisantes pour s'exprimer.

«J'ai hésité à m'excuser au micro parce qu'il y a énormément d'entrain autour d'Alex. J'ai presque l'impression que c'est lui qui a gagné, quoi!», a gentiment laissé tomber le skieur compact d'Annecy.


Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos