Alain Bergeron
Agence QMI

Alex Harvey grimpe de quatre places

Alain Bergeron

MONTRÉAL - Il a été possible de trouver plus mordant que le vent glacial sur le mont Royal, mercredi: des Norvégiens!

Hommes et femmes réunis, les maîtres de la planète ski de fond ont occupé cinq des six marches du podium de cette deuxième étape du Tour de ski du Canada, une razzia qu'a également dû subir Alex Harvey, qui ne s'en échappe pourtant pas si mal avec une neuvième place lui permettant de monter au sixième rang du cumulatif.

«Tu ne gagnes pas un tour avec une journée, mais tu peux le perdre en une journée. C'était important pour moi de rester dans le coup», a exprimé le Québécois après sa journée de travail et avant de prendre poliment congé des médias pour échapper au froid.

Effort coûteux pour Harvey

Pendant que l'hiver reprend ses droits au Québec cette semaine, les skieurs norvégiens s'amènent ici avec l'intention de conserver les leurs dans cette Coupe du monde. Seul le Russe Sergey Ustiugov, gagnant du sprint de la veille à Gatineau, a réussi à s'accrocher jusqu'au bout à Emil Iversen, qui a finalement laissé en plan son compatriote Petter Northug fils dans les derniers 100 mètres.

Harvey a assisté au même spectacle que tout le monde. Il s'est impliqué à l'avant-scène tôt dans la course et la somme de ses efforts lui a procuré un total de 10 secondes de bonification. Cependant, elle lui a coûté aussi des cartouches dont il aurait eu bien besoin pour être vu avec les meilleurs jusqu'à la fin. Dès la deuxième des cinq boucles de 3,5 km, il a peiné pour conserver les meneurs dans sa vision.

«Ustiugov a poussé fort très tôt dans la course. J'ai essayé de fermer l'écart avec les trois premiers et j'ai juste explosé. Je me suis battu pour le podium, mais aujourd'hui (mercredi), les trois premiers avaient vraiment une coche sur tout le monde. J'ai payé le prix pour l'effort que j'ai fait à la fin du premier tour», a-t-il avoué.

«Ustiugov était probablement le plus fort de nous trois, mais malheureusement pour lui, il était seul avec deux Norvégiens», a soulevé Northug fils, qui débarque au Canada avec l'idée de freiner Martin Johnsrud Sundby dans sa domination des grands tours durant les deux dernières années.

Quelque trois minutes avant d'entrer à la banque, Iversen a placé l'attaque fatale.

«À ce moment, j'ai senti qu'Ustiugov faiblissait.»

Direction Québec

Avec six Norvégiens parmi les 11 premiers au cumulatif, le scénario ultime anticipé pourrait se préciser davantage lors des deux épreuves prévues à Québec vendredi et samedi sur les plaines d'Abraham.

Ni Iversen, ni Northug fils, ni un autre ne peuvent toutefois s'emporter avec leurs résultats d'hier. L'ombre de Martin Johnsrud Sundby a recommencé à poindre vers la fin, quand on l'a vu remonter. Les plaines d'Abraham feront assurément la connaissance du terrible Viking.

***

Ambiance chaleureuse malgré le froid

Des adeptes inhabituels du plein air ont animé le parc du mont Royal d'une nouvelle façon, mercredi, au milieu de la semaine de relâche.

Malgré le vent d'hiver, les acteurs de la Coupe du monde de ski de fond ont attiré plusieurs milliers de spectateurs le long du parcours de 3,5 km aménagé aux abords du monument George-Étienne Cartier devant le parc Jeanne-Mance.

«C'était le "fun". Partout dans les bois, on entendait les encouragements. Dans les portions plus difficiles où ça faisait mal, ça faisait du bien d'entendre mon nom», a salué Alex Harvey, qui a perdu de son tonus à partir de la deuxième boucle.

«L'ambiance était complètement folle. Il y avait des gens partout. Durant une saison, ce n'est pas quelque chose normal pour nous que d'entendre crier notre nom tout le long de la piste», a ajouté son coéquipier Devon Kershaw, qui a fourni son meilleur résultat de la saison en entrant 17e.

Northug fils surpris

Comme la plupart des principaux ténors de ce cirque blanc, Petter Northug fils avait fait l'impasse sur les épreuves de sprint à Québec en décembre 2012. Si on ne peut comparer les foules à celles de sa Norvège, il dit faire une belle découverte depuis deux jours.

«Je suis surpris par le nombre de personnes qu'il y avait le long des parcours hier (mardi à Gatineau) et ici à Montréal. J'ai hâte à Québec et Canmore», a-t-il émis en bon diplomate.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos