Benoît Rioux
Agence QMI

Dans l'univers de «Seb Toots»

Dans l'univers de «Seb Toots»

Sébastien Toutant. Photo Mathieu Bélanger / Agence QMI

Benoît Rioux

MONTRÉAL - À 23 ans, le Québécois Sébastien Toutant est déjà millionnaire. Il l'est devenu en déployant son talent sur sa planche à neige, mais aussi parce qu'il a le sens des affaires.

«Le surnom de Seb Toots, ça a commencé quand j'étais tout jeune, dit-il. On pourrait appeler ça une marque de commerce, mais en même temps, ça ne me dérange pas tellement si un magazine écrit "Seb Toots" ou "Sébastien Toutant".»

«Mais Seb Toots, c'est le fun, vient-il lui-même corriger. Si tu regardes les artistes, dans la musique ou peu importe, les gens ont des surnoms pour se faire reconnaître plus facilement et c'est mieux aussi d'avoir un nom plus petit. Seb Toots, ça se dit aussi bien en français, en anglais ou dans n'importe quelle langue.»

Encore la fin de semaine dernière, c'est en Autriche que le surnom du planchiste résonnait au micro quand il a remporté l'épreuve de Big Air de la compétition Air & Style d'Innsbruck. Pour sa victoire, il a touché la coquette somme de 20 000 euros de même qu'une voiture Opel.

«C'est une marque européenne et je suis présentement en discussion pour voir les différentes possibilités pour la voiture, a indiqué le jeune homme originaire de L'Assomption, qui réside maintenant à Repentigny. Je veux voir si je peux l'amener au Canada. Sinon, on va sûrement me donner de l'argent pour remplacer l'auto.»

En attendant d'éclaircir l'avenir du bolide, «Seb Toots» a garni encore un peu plus son compte en banque et ajouté un autre trophée à son impressionnante collection.

Dans le top 10

En plus de la bourse engrangée, une victoire comme celle du week-end dernier est souvent accompagnée par des bonis versés par les commanditaires de l'athlète. Et c'est là, lorsqu'on est appuyé par les plus grandes compagnies, que ça devient payant!

Un commanditaire majeur peut même verser annuellement un montant de base de plus de 100 000$, voire le double ou plus encore...

«Présentement, nous sommes peut-être un groupe de 10 "riders" parmi les plus payés au monde, mais ensuite de ça, il y a une bonne différence avec les autres, avance Toutant, qui répond franchement aux questions sur le sujet, sans toutefois se pavaner. Personne le sait vraiment combien on fait par année parce qu'on ne l'annonce pas, mais il reste que lorsque tu es dans les meilleurs au monde, tu gagnes très bien ta vie.»

Encore plusieurs années

Ayant remporté ses premières compétitions internationales à 13 ans, Toutant n'a jamais eu à se demander ce qu'il allait faire plus tard comme métier.

«La question ne s'est jamais posée», convient-il.

Pour encore plusieurs années, le surnom de Seb Toots continuera de circuler, au fil des compétitions, mais aussi de ses populaires vidéos sur le web. À ses 30 ans, Toutant sera alors suffisamment nanti pour songer à la retraite.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos