Mauvais «timing»

Ski

La Coupe du monde de ski de fond s'est déroulée dans les rues du Vieux-Québec. Photo Didier Debusschere / Agence QMI


Alain Bergeron

QUÉBEC - Dans ce qui s'annonçait comme la meilleure journée pour l'ambiance de travail, l'équipe canadienne a connu l'une de ses plus mauvaises journées au bureau.

Seul Alex Harvey a réussi à se faufiler parmi les 30 premiers des qualifications ayant le privilège de participer aux quarts de finale. Par ici la sortie, Devon Kershaw! Amenez avec vous Len Valjas, l'un des meilleurs sprinteurs de la Coupe du monde à la fin de la saison dernière.

Même portrait sombre chez les femmes avec Dasha Gaïazova et Chandra Crawford, spécialistes elles aussi des épreuves de sprint comme celle samedi, disparues du programme.

«C'est très décevant pour l'équipe. Alex a sauvé ça un peu, mais c'est décevant. On espérait mieux que ça», a dit Louis Bouchard, entraîneur-chef du Centre national d'entraînement Pierre-Harvey, qui travaille également à la tête de l'équipe canadienne.

Kershaw, invisible

Devon Kershaw, d'habitude disponible après chacune de ses courses, n'a pas été revu du reste de la journée après avoir fini 34e des qualifications.
Deuxième au classement final de la Coupe du monde la saison dernière, l'Ontarien d'origine tarde à se manifester depuis le début de la saison.

Son programme d'entraînement chargé des dernières semaines explique son retard à obtenir de meilleurs résultats, qu'il vise surtout à améliorer à partir du Tour de ski durant les Fêtes.

«Très décevant», a aussi qualifié l'entraîneur-chef Justin Wadsworth, au sujet des résultats de l'ensemble de l'équipe durant les deux jours.

«Ça arrive dans des circuits aussi courts comme celui qu'il y avait ici. Tu peux être en bonne forme, mais ne pas exécuter la bonne manœuvre au bon moment. Oui, ce sont deux jours décevants, mais quand on regardera dans l'ensemble de la saison, je suis convaincu que ce sera plus positif», selon lui.

Le message de Chandra

Les yeux de Chandra Crawford baignaient dans l'eau. Par sa 32e place aux qualifications du matin, la championne olympique de 2006 en sprint a raté l'histoire, elle aussi, en se privant des rondes éliminatoires. Joviale comme toujours dans ses propos, elle a tout de même dressé un bilan positif de sa présence à Québec.

«On a pu montrer notre sport à tout ce monde. C'était historique, quelque chose de spécial et de réussi et je suis très heureuse d'en avoir fait partie. Regardez, vous êtes une douzaine de représentants des médias qui s'intéressent à ce qu'on fait ici. Dans le fond, le message est clair : mettez vos skis et allez vous amuser dans la neige!», invite la créatrice de Rapides et radieuses, une fondation visant à promouvoir le sport et de saines habitudes de vie chez les adolescentes.


Vidéos

Photos