Harvey et Kershaw terminent cinquièmes


Alain Bergeron

Dernière mise à jour: 07-12-2012 | 22h02

QUÉBEC - Carrefour de promesses souvent abandonnées, le Parlement de Québec devra peut-être prendre au sérieux celle échappée par Alex Harvey, vendredi après-midi: «Je vais me venger», a-t-il lancé en prévision du sprint individuel de samedi.

Rien d’agressif ne subsistait dans le discours du chouchou du jour, sinon qu’une réaction légitime contre la déveine qui a converti une chance de podium en une cinquième place pour lui et son ami Devon Kershaw au sprint par équipes en style libre. Dans sa première percée au Canada pour un programme de sprint urbain, la Coupe du monde de ski de fond a démontré qu’elle ne choisit pas sa destination pour imposer l’ingratitude liée parfois à cette discipline.

Dans la clôture

Au dernier des six tours de la finale, Harvey assumait jusque-là son mandat. Engagé au plus fort du groupe des prétendants, il a vu la spatule d’un de ses skis heurter une clôture lorsqu’il a voulu éviter la chute du Suédois Emil Jönsson, tout juste à ses pieds. Avec moins de 850 kilomètres à jouer, le favori du public a augmenté la dose pour revenir jusqu’en cinquième place, mais il se faisait trop tard pour un tel geste de désespoir, surtout lorsque le train final est lancé à l’avant.

«C’est un signe que la forme est bonne, sauf que c’est frustrant quand même, justement parce que la forme était bonne. On ne pourra pas savoir ce qui aurait pu arriver», s’est-il résigné.

Aussi sur Canoe.ca

L’individuel, maintenant

Après avoir remporté aisément leur demi-finale, Harvey et Kershaw ont donné un aperçu de l’appétit qui les anime depuis qu’ils ont débarqué à Québec. Leur début de saison couci-couça durant les deux premières Coupes du monde de la saison s’expliquait par un programme d’entraînement davantage tourné vers les Championnats du monde, en février prochain.

Par contre, cette forme des beaux jours semble se pointer plus tôt que prévu dans le cas de Harvey. Depuis son retour à la maison, il carbure à une nouvelle qualité d’essence qu’on appelle la fierté.

«Si Alex n’est pas sur le podium (à l’individuel de samedi), je serais vraiment surpris. Il n’est pas content», a perçu Kershaw dans l’humeur de son grand ami.

Victoire des Kazakhs

La foule étirée le long du parcours, évaluée à quelque 20 000 spectateurs par les organisateurs, a dû s’en remettre à un podium entièrement étranger. Dans une fin lancée à l’épouvante, le duo du Kazakhstan, Denis Volotka et Nikolay Chebotko, a devancé les duos russe et norvégien pour lancer la fête dans cette ex-république communiste.


Vidéos

Photos