Mathieu Boulay
Agence QMI

Max Pacioretty refuse de confirmer qu'il avait exigé une transaction à Marc Bergevin

Max Pacioretty refuse de confirmer qu'il avait exigé une transaction à Marc Bergevin

L.E. BASKOW/AGENCE QMI

Mathieu Boulay

LAS VEGAS | Quelques jours après la déclaration de Marc Bergevin selon laquelle il aurait demandé une transaction au Canadien, Max Pacioretty a évité de mettre de l'huile sur le feu mercredi à l'occasion de sa première conférence de presse avec les Golden Knights de Las Vegas.

L'ancien capitaine du Canadien a plutôt démontré de la classe lorsque le représentant du Journal de Montréal lui a posé une question au sujet de sa demande qui serait survenue la saison dernière.

«Dans une telle situation, c'est souvent une question de perception de part et d'autre, a souligné Max Pacioretty sur un ton posé. J'ai seulement du respect envers l'organisation du Canadien.

«J'aurais aimé recevoir une prolongation de contrat, mais je me concentre maintenant sur ce nouveau chapitre de ma carrière.»

Est-ce que Marc Bergevin aurait mal interprété les propos et les désirs de son ancien capitaine pendant leurs nombreuses discussions au cours des derniers mois ? C'est possible. Pacioretty ne donne pas l'impression qu'il voulait partir de Montréal, mais sa situation houleuse avec son ancien patron ne lui a pas donné le choix.

«Au cours de mes dix ans à Montréal, j'ai accumulé plusieurs bons souvenirs et j'en serai toujours fier, a-t-il ajouté. Montréal sera toujours un endroit spécial pour moi et je prendrai le temps pour y retourner quelques fois par année.

«Je m'y suis fait des amis et des relations pour la vie.»

Aux oiseaux avec Gallant

Pacioretty est très heureux de se joindre aux Golden Knights, mais encore plus d'être à nouveau dirigé par Gerard Gallant. Il ne l'a pas caché.

«Je le connais très bien, a indiqué l'Américain. Il est l'une des principales raisons des succès de son équipe. Ils ont un style de jeu rapide et tous les joueurs sont à la même page. Ils ont également une bonne chimie.

«Je peux maintenant me concentrer sur le fait d'avoir du plaisir à jouer au hockey. Je sais que Gerard peut être dur par moment avec ses joueurs. C'est facile de l'écouter parce qu'il sait de quoi il parle.»

Il a également apprécié les propos de son nouveau directeur général Georges McPhee sur le type de leadership qui règne au sein de sa formation.

«J'ai aimé quand il a mentionné qu'il y avait 23 capitaines au sein de son équipe, a reconnu Pacioretty. Je l'ai senti lors de ma première séance d'entraînement avec l'énergie et la camaraderie qui se dégageaient dans le vestiaire. C'est un groupe spécial.»

Il était prêt

Pacioretty a vécu des montagnes russes d'émotions au cours des derniers jours. Lorsqu'il a été mis au courant que les négociations étaient sur le point de se conclure avec les Golden Knights, il n'a pas hésité à contacter certains joueurs au sein de sa nouvelle équipe.

«On savait que j'avais de bonnes chances d'être échangé et j'étais prêt à cette éventualité, a-t-il mentionné. Dès que j'ai su que Vegas était ma nouvelle destination et que ma prolongation de contrat était réglée, j'ai fait quelques recherches sur l'organisation et le mode de vie à Las Vegas. Je voulais assurer une stabilité à ma famille qui va encore s'agrandir bientôt.

«Je suis très près de quelques joueurs, dont Paul Stastny qui est aussi un nouveau joueur ici. Il est l'une des raisons pour lesquelles je voulais me joindre aux Golden Knights. Je suis content qu'on attaque cette nouvelle expérience ensemble et de faire partie du même groupe.»

Pour ajouter la cerise sur le gâteau, Pacioretty a terminé sa conférence de presse en lâchant un «merci beaucoup» en français. Possiblement un vieux réflexe de l'époque où il était le capitaine du Canadien. Il aura eu de la classe jusqu'au bout.

À VOIR AUSSI



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos