Benoît Rioux
Agence QMI

Bruno Gervais en paix avec sa carrière

Bruno Gervais en paix avec sa carrière

Bruno Gervais.Photo Jocelyn Malette / Agence QMI / Archives

Benoît Rioux

MONTRÉAL - À son image, le hockeyeur Bruno Gervais a officialisé sa retraite sportive en toute simplicité plus tôt cette semaine.

«À mes yeux, ce n'était pas une grosse nouvelle, a-t-il commenté lors d'une entrevue téléphonique avec l'Agence QMI. Je ne pense pas que j'avais le statut pour faire une annonce officielle. Pour moi, c'est plus de parler de mon parcours et de prendre le temps de remercier les gens qui m'ont aidé.»

Gervais, qui a joué 418 matchs en saison régulière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), a ainsi tourné la page sur sa carrière sur les ondes de la chaîne radiophonique 98,5 FM.

«Mon discours de retraite, je l'avais commencé à 23 ans, vient préciser le défenseur aujourd'hui âgé de 32 ans. À ce moment-là, j'avais arrêté de m'entraîner.»

Pierre Allard, qui est le préparateur physique chez le Canadien de Montréal, l'avait alors incité à poursuivre son rêve, tout comme les médecins Hugo Centomo et Serge Savoie. Gervais ne sera jamais assez reconnaissant envers eux.

«J'avais un problème avec un genou, a-t-il résumé. Parfois, il flanchait complètement. Il a fallu travailler et tout "rebalancer". Le glissement de la rotule se faisait mieux par la suite. Grâce à ça, je n'avais plus les mêmes craintes et les mêmes douleurs.»

Merci à Mark Lambert!

Après 331 matchs avec les Islanders de New York, répartis sur six saisons, Gervais estime avoir redécouvert l'amour de son sport lorsqu'il s'est retrouvé avec le Lightning de Tampa Bay pour la saison 2011-2012.

Dans ce cas-ci, il tient à saluer le Québécois Mark Lambert, préparateur physique du Lightning.

«Il m'a amené à un autre niveau», a noté Gervais.

Le défenseur originaire de Saint-Hyacinthe a inscrit un total de 16 buts dans la LNH, dont six en seulement 50 matchs avec le Lightning cette saison-là.

Souvenirs du Centre Bell

Gervais se rappelle particulièrement d'un certain soir, le 4 avril 2012, où il a marqué un but pour le Lightning au Centre Bell contre le Canadien de Montréal.

«J'étais descendu de la pointe et la rondelle avait rebondi sur Josh Gorges avant de se retrouver derrière le gardien [Peter Budaj], a lui-même décrit Gervais. Il y avait la famille et des amis dans les gradins. De marquer contre le Canadien, c'est quelque chose que j'avais sur ma "bucket list".»

C'est aussi contre le Tricolore que Gervais, avec les Flyers de Philadelphie, a récolté son 87e et dernier point dans la LNH.

«Je crois que c'était une mention d'aide sur un but de Wayne Simmonds», a correctement deviné Gervais quand il fut invité à plonger dans ses souvenirs.

Ce soir-là, le 3 avril 2013, les Flyers avaient effectivement complété une remontée pour l'emporter 5-3 contre le Canadien au Wells Fargo Center.

Depuis, Gervais a joué dans la Ligue américaine avant de compléter sa carrière à Berlin, en Allemagne, lors des deux plus récentes saisons. Un bien beau parcours pour celui qui se croyait fini à 23 ans.

-----

Un calendrier blanc

Bruno Gervais roulait en voiture et s'en allait au mariage de son ancien coéquipier Andrew Agozzino, en Ontario, au moment de l'entrevue téléphonique.

«Mon calendrier est blanc pour les prochains mois, a-t-il indiqué. J'ai deux mariages et c'est tout.»

Si une retraite sportive laisse parfois un grand vide dans la vie d'un athlète, Gervais ne déteste pas l'idée de profiter d'un peu de temps libre au cours des prochaines semaines.

«Je suis en paix avec tout ça, a-t-il précisé. Je n'ai aucun regret, j'ai tout mis sur la table. Ce dont je suis le plus fier, c'est la personne que je suis devenu à travers ça.»

Malgré un certain talent, le défenseur avoue lui-même qu'il a probablement prolongé un peu sa carrière en raison de ce qu'il amenait dans un vestiaire.

C'est ainsi qu'il a connu Agozzino chez les Monsters de Lake Erie, club-école de l'Avalanche du Colorado dans la Ligue américaine, lors de la saison 2014-2015. Le nouveau gardien des Golden Knights de Vegas Calvin Pickard, un ancien de l'Avalanche, et le Québécois Maxim Noreau ont d'ailleurs reçu également un carton d'invitation pour le même mariage.

Le respect de ses coéquipiers

Forcément, Gervais doit aussi une partie de sa carrière à sa persévérance.

«Je faisais tout pour rester dans la Ligue nationale, a-t-il dit à propos de ses débuts avec les Islanders de New York. J'avais même enlevé ma visière et commencé à me battre à un moment donné, ce qui était loin d'être ma force.»

S'il n'a pas gagné beaucoup de combats, Gervais a certainement gagné le respect de nombreux coéquipiers au fil des ans. Ce n'est pas un pur hasard s'il fait partie des invités lors d'un mariage.

Un troisième enfant

À propos de sa propre vie personnelle, Gervais et sa conjointe attendent un troisième enfant vers la fin du mois de septembre. Après le petit Gabriel, 3 ans, et la princesse Léa, 16 mois, une autre fille viendra agrandir la famille.

«Pour notre nouvelle fille, on n'a pas encore décidé du prénom, a-t-il révélé en riant. Nous prenons les suggestions.»

Avec son calendrier blanc, le nouveau retraité aura lui-même tout le temps voulu pour y réfléchir.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos