Jean-François Chaumont
Agence QMI

Le revenant Backstrom face au CH

Le revenant Backstrom face au CH

Niklas Backstrom.Photo Sergei Belski / USA Today / Reuters

Jean-François Chaumont

MONTRÉAL - À 38 ans, Niklas Backstrom sortira son masque et ses jambières pour un premier match dans la LNH depuis le 13 janvier 2015. Après une attente de 14 mois, il jouera son 410e match dans la grande ligue, mais un premier dans un uniforme différent de celui du Wild du Minnesota.

Pour l'occasion, Backstrom endossera le chandail des Flames de Calgary. Bob Hartley a choisi de miser sur le gardien finlandais pour le passage des Flames chez le Canadien de Montréal.

«Oui, je me sens un peu comme une recrue, a dit Backstrom. C'est un sentiment différent puisque mon dernier match remonte à tellement longtemps. Mais, c'est agréable. Ça serait plus étrange si j'avais joué beaucoup de matchs dernièrement avec le Wild. Mais, comme je n'ai pas joué depuis une éternité, j'ai eu assez de temps pour me préparer à mes nouvelles couleurs.»

À sa sortie d'un entraînement matinal sur la glace du Centre Bell, Backstrom a montré son sens de l'humour.

«Honnêtement, j'essayais surtout de me souvenir de ce que je faisais comme routine avant un match, a-t-il lancé. C'était plus ça l'enjeu. Je suis un peu nerveux. J'imagine que je le serai encore plus avant la rencontre.»

De premier à troisième

Coincé dans un ménage à trois gardiens au Minnesota avec Devan Dubnyk et Darcy Kuemper devant lui et ralenti par différentes blessures, Backstrom n'a pas joué une seule minute cette saison pour le Wild.

«Au cours des derniers mois, il y a eu des jours plus sombres, a dit le sympathique gardien. Mentalement, c'était parfois une bataille. Mais, ça reste un beau sport, le plus beau au monde. Chaque fois que tu peux entrer dans un vestiaire d'une équipe de la LNH, tu dois avoir un grand sourire dans ton visage.»

Échangé du Wild aux Flames à la date limite des transactions du 29 février dernier pour l'ailier David Jones, Backstrom profite maintenant d'un nouveau départ à Calgary.

Depuis le mois de janvier 2015, le Finlandais a souvent mis son orgueil de côté. Même s'il avait déjà connu des saisons de 33 et 37 victoires et qu'il a agi comme gardien numéro un pendant sept saisons avec le Wild, il ne figurait plus dans les plans de l'équipe.

«Absolument que je trouvais ça difficile, a-t-il dit. Comme athlète, tu veux jouer, tu veux te retrouver sur la glace. Quand tu joues, tu te sens plus comme un membre de l'équipe. Mes coéquipiers avec les Flames et le Wild ont fait un bon travail. Ils m'ont toujours considéré comme un des leurs.»

Un geste symbolique

La semaine prochaine, Backstrom renouera avec ses anciens coéquipiers du Wild, à St. Paul. Hartley a déjà confirmé qu'il obtiendra le départ contre son ancienne équipe, le 24 mars.

Pour Hartley, il s'agissait d'une décision logique.

«On connaît tous Niklas Backstrom, ses belles années à Minnesota, ce qu'il a accompli pour cette organisation, a affirmé l'entraîneur en chef des Flames. On sait tous les blessures qu'il a subies, les chirurgies aux hanches. Avec l'échange de David Jones, la première chose que je lui ai demandée, c'est quels sont tes plans? Il a dit: je veux jouer, car je veux jouer encore l'an prochain.»

«Dès qu'il a sauté sur la glace, j'ai compris que ce qu'il m'avait dit dans le bureau, ça avait de la valeur, a-t-il poursuivi. Ce n'était pas que des paroles pour impressionner un nouveau coach.

Autant dans le gymnase, à l'entraînement, il se donne. Il amène la passion d'une recrue. On a pris la décision qu'on voulait lui donner un départ à Minnesota devant ses partisans, où il a été si bon. Mais il fallait le préparer parce que ça fait environ 15 mois qu'il n'a pas eu un départ. Il aura peut-être un peu de rouille dans le système. On est tous derrière lui, c'est une belle histoire.»

Questionné sur ses plans pour la saison prochaine, Backstrom n'a pas été aussi catégorique avec quelques micros sous son nez.

«Je prends ça une journée à la fois, a-t-il répliqué. Je veux profiter de ce moment et on verra ensuite. Il y a encore beaucoup de temps avant la prochaine saison pour y penser. Plus tu vieillis, plus tu réalises à quel point c'est un beau sport. Quand la fin approche, tu sais que tu t'ennuieras du hockey.»

Backstrom, qui gagnait un salaire de 3,416 millions, deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos