Jean-François Chaumont
Agence QMI

La coupe avant les records

La coupe avant les records

Les Capitals connaissent une saison exceptionnelle. Photo Geoff Burke / USA Today Sports / Reuters

Jean-François Chaumont

ARLINGTON, Virginie - « Si nous finissons l'année avec 132 points, mais que nous ne gagnons pas la Coupe Stanley, nous ne serons pas heureux. Pour laisser un héritage important, nous aurons besoin de terminer l'année avec le plus beau des trophées, pas juste de bons chiffres en saison. »

En deux petites phrases, Karl Alzner, l'un des vétérans défenseurs, a parfaitement résumé l'état d'esprit chez les Capitals de Washington.

Les Capitals ont déjà écrit un record cette saison en devenant l'équipe à atteindre le plus rapidement le plateau des 40 victoires en une saison. Ils l'ont fait après seulement 53 rencontres.

Un vieux sage a dit que tous les records étaient faits pour être battus. D'ici les prochaines semaines, la bande à Alexander Ovechkin pourrait menacer deux marques perçues comme pratiquement inatteignables: les 132 points du Canadien de Montréal de 1976-1977 et les 62 victoires des Red Wings de Detroit de 1995-1996.

Au rythme actuel, les Caps (44-10-4) finiraient l'année avec 130 points et 62 victoires. Avec 24 matchs encore au calendrier, Barry Trotz et ses joueurs auront besoin d'une récolte de 41 points sur une possibilité de 48 pour surpasser le chiffre magique de 132 points de l'équipe de Guy Lafleur, Steve Shutt, Ken Dryden, Larry Robinson, Guy Lapointe et Serge Savard.

«C'est assez fou, a répliqué Alzner. Je ne savais pas, je n'avais pas fait le calcul. En début de saison, nous n'avions pas en tête de pourchasser des records, nous voulions juste jouer du bon hockey. C'est un indicatif du talent de cette équipe, mais surtout de l'effort des joueurs et entraîneurs.»

«Je ne pensais jamais qu'on pourrait comparer les Caps au Canadien de 1976-1977 ou aux Wings de 95-96», a poursuivi le défenseur de 27 ans.

Un astérisque

Dans un autre coin du vestiaire des Capitals au Kettler Iceplex d'Arlington, le centre d'entraînement de l'équipe en banlieue de Washington, le gardien Braden Holtby a tenu un discours des plus cérébrales.

«Je n'ai pas connu le Canadien des années 1970, mais je sais que c'était l'époque des grandes dynasties du CH et l'époque du grand Ken Dryden, a dit Holtby. Ils jouaient combien de matchs à cette époque? C'était 80 et pas 82 et il y avait encore des matchs nuls. Il faudrait donc ajouter un astérisque si nous devions battre ce record!»

Le CH de 1976-1977 aurait pu grappiller quelques points de plus puisqu'il avait terminé l'année avec 12 verdicts nuls (il n'y avait pas de prolongation à cette époque). Et pour ajouter du poids à la théorie de l'astérisque, les Caps ont gagné sept de leurs 42 matchs cette année en prolongation (4) ou tirs de barrage (3).

Apprendre du passé

L'héritage que laissera l'édition 2015-16 des Capitals ne s'écrira pas d'ici à la fin du calendrier régulier.

«Les grandes équipes ou les grands joueurs sont toujours jugés par le nombre de conquêtes de la Coupe Stanley, a rappelé Alzner. Les Capitals n'ont pas un bon passé en cette manière, mais nous avons comme objectif de changer cette réputation.»

«Il n'y a pas de doute que nous connaissons une grande saison, mais je ne crois pas que nous nous arrêtons à nos chiffres, a renchéri Holtby. Nous avons déjà eu de très bonnes saisons sans connaître les mêmes succès en séries. Oui, nous écrirons l'histoire de notre saison lors des séries.»

Décrit comme l'un des phénomènes de sa génération, Ovechkin pourrait voir son étoile scintiller encore plus fort advenant une première conquête.

«Nous devons retenir nos leçons puisque nous avons déjà gagné le trophée des Présidents, c'était un bel exploit, mais nous n'avions pas connu un long parcours en séries. Nous visons surtout une bonne fiche en séries.»

«Je ne pense pas que nous pouvons parler d'un héritage après une cinquantaine de matchs, a ajouté le Moscovite. Nous obtiendrons notre réponse après les séries. Depuis deux ans, nous avons changé la mentalité et la culture de l'équipe avec l'arrivée de Barry Trotz et de nouveaux joueurs.»

Dans la LNH depuis la saison 1974-1975, les Caps n'ont toujours pas gravé leur nom sur la Coupe Stanley. Ils ont remporté une seule fois le trophée des Présidents (meilleure fiche en saison). C'était en 2009-2010. Au premier tour des séries, Jaroslav Halak et le CH avaient créé la surprise en éliminant l'équipe d'Ovechkin en sept matchs.

Le CH de 1976-1977 a fini l'année en remportant la Coupe Stanley en balayant les Bruins de Boston en quatre matchs. Les Wings, de 1995-1996, avaient perdu en finale de l'Ouest contre l'Avalanche du Colorado, les gagnants de la coupe cette année-là.

Fiche des Capitals : 44-10-4 en 58 matchs, 92 points

Meilleures fiches dans l'histoire de la LNH :
• 132 points, Canadien Montréal, 1976-1977, 60 victoires, 8 défaites, 12 nuls
• 131 points, Red Wings de Detroit, 1995-1996, 62 victoires, 13 défaites, 7 nuls
• 129 points, Canadien de Montréal, 1977-1978, 59 victoires, 10 défaites, 11 nuls

Plus de victoires en une saison dans la LNH :
• 62 victoires, Red Wings de Detroit, 1995-1996, saison de 82 matchs
• 60 victoires, Canadien de Montréal, 1976-1977, saison de 80 matchs
• 59 victoires, Canadien de Montréal, 1977-1978, saison de 80 matchs



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos