Agence QMI

La suspension de Dennis Wideman est maintenue

La Ligue nationale de hockey (LNH) a maintenu mercredi la suspension de 20 matchs imposée au défenseur des Flames de Calgary Dennis Wideman, qui avait frappé un juge de lignes le 27 janvier dernier.

Wideman a contrevenu au règlement 40 de la LNH qui a trait à la violence physique envers les officiels.

Le commissaire Gary Bettman a rencontré le vétéran le 10 février. Il a confirmé que la totalité de la sanction devra être purgée. Ceci comprend les sept matchs qu'il a déjà ratés en attendant son sort.

Selon le plaidoyer de l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH), qui défendait Wideman, celui-ci avait subi une commotion cérébrale quelques secondes avant de frapper Don Henderson. Cet argument a été rejeté par Bettman. L'AJLNH a demandé à ce que la suspension soit annulée et non réduite.

Excuses «creuses»

Dans son verdict, le commissaire s'est dit perturbé par le fait que les excuses publiques de Wideman semblaient creuses.

Bettman cite par ailleurs un message texte incriminant envoyé par le défenseur à un de ses coéquipiers.

«La sincérité de ses excuses est douteuse, compte tenu d'un message transmis après la rencontre avec la ligue. Il disait que "la seule raison pourquoi je suis ici, c'est à cause des stupides officiels et les stupides médias"», peut-on lire dans la décision rendue par Bettman.

«Les officiels sur la glace ne peuvent pas être pris pour cibles à cause de la frustration ou la colère des joueurs. Je ne vois pas le fondement d'une punition réduite, compte tenu de la sévérité de l'incident».

Par ailleurs, une somme de 564 516,20 $ sera déduite de son salaire et versée au fonds d'aide d'urgence des joueurs, tel que prévu dans la convention collective.

Un dernier recours s'offre encore à Wideman. Il peut porter sa cause devant un arbitre impartial.

Brian Burke en furie

Le président des Flames de Calgary, Brian Burke, a fortement réagi à la décision de la Ligue nationale de hockey (LNH) de maintenir la suspension de 20 matchs décernée au défenseur Dennis Wideman.

En fait, le dirigeant a surtout montré du doigt le long laps de temps qui s'est écoulé avant de connaître la décision de la LNH.

C'est que Wideman, qui a déjà purgé sept parties de suspension, peut toujours faire entendre sa cause à un arbitre neutre. Ce processus prendra encore du temps.

«Maintenant, si la cause va en appel, c'est certain qu'il va au moins manquer 10 rencontres, peu importe ce qui se passe, car ça risque de prendre quelques jours avant que tout soit en ordre, s'est insurgé Burke au réseau Sportsnet.

«Prendre une semaine pour finalement maintenir une décision qui a été prise par le département des opérations hockey de la LNH pendant que les matchs passent, ça affecte notre équipe et nos chances de participer aux séries éliminatoires. C'est incompréhensible.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos