Jonathan Bernier
Agence QMI

«John Scott a été fantastique» - Brent Burns

«John Scott a été fantastique» - Brent Burns

John Scott a été choisi le joueur par excellence de la classique.Photo Getty Images AFP

Jonathan Bernier

NASHVILLE - Les contes de fées ne sont pas toujours écrits dans des livres. Le week-end de John Scott est la plus récente preuve que des histoires peuvent avoir un dénouement magique même dans la vraie vie.

«John a été fantastique. C'est le genre de week-end où tu veux créer des moments dont tu te souviendras toujours. Je suis heureux qu'il ait été en mesure de prouver qu'il est un bon joueur et qu'il appartient à cette ligue», a indiqué Brent Burns, dimanche.

Deux buts, une mise en échec, une bagarre fictive avec Patrick Kane et le titre de joueur par excellence, il n'en manquait pas beaucoup pour que le week-end soit parfait pour Scott.

«Un tour du chapeau à la Gordie Howe dans le premier match aurait été fantastique», a fait remarquer Burns, à la blague.

Un appel de Bergevin?

L'histoire de Scott a tellement touché tous les joueurs que même ceux qui occupaient le vestiaire de la division Atlantique n'en avaient que pour le joueur par excellence de cette compétition.

«C'est un scénario de rêve pour lui. J'aimerais ça être dans ses souliers pour savoir comment il se sent», a lancé Roberto Luongo, considéré pour le titre du joueur par excellence.

«On est tous heureux pour lui. Il a très bien joué. Sa famille et lui le méritent amplement», a pour sa part déclaré P.K. Subban, auteur du but gagnant lors de la rencontre de demi-finale.

La performance du géant à ce mini-tournoi lui a permis de gagner beaucoup de respect et de peut-être prouver qu'il peut jouer dans la LNH. Assez pour obtenir un coup de fil de Marc Bergevin?

«Je suis content de ne pas être celui qui doit prendre ce genre de décision», a déclaré le défenseur du Canadien.

Formule éprouvée

Par ailleurs, cette nouvelle formule à trois contre trois semble avoir fait ses preuves. Dans chacun des vestiaires, les commentaires étaient unanimement positifs.

«J'ai participé à quelques formules déjà et c'est dans celle-ci que j'ai vu le plus d'intensité, a souligné Kristopher Letang, éliminé dès le premier match.

«Ça se rapproche du trois contre trois de saison régulière. À la différence que, pendant la saison, les gars se replient beaucoup plus rapidement», a-t-il ajouté.

Le fait d'avoir un enjeu n'est pas étranger à ce niveau d'intensité élevé. Rares sont ceux qui auraient pu prédire qu'un match à trois contre trois se terminerait par la marque de 1-0.

«Tout le monde a donné le maximum. Lors de la finale, personne ne voulait être celui qui allait commettre l'erreur fatale», a raconté Patrice Bergeron.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos