Jean-François Chaumont
Agence QMI

Gallant et Trotz: solidaires envers Therrien

Le week-end des étoiles 2016

Voir en plein écran
Previous Next

Jean-François Chaumont

NASHVILLE - Gerard Gallant se retrouve au cœur de la renaissance des Panthers de la Floride, l'une des équipes cendrillons cette saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Barry Trotz, quant à lui, dirige une formation qui n'a perdu que huit rencontres en temps règlementaire avec les Capitals de Washington.

Les deux hommes ont aussi le bonheur de miser sur deux très bons gardiens en Roberto Luongo et Braden Holtby.

À Nashville, Gallant et Trotz ont chacun reçu l'invitation pour occuper les postes d'entraîneur-chef respectivement de la section Atlantique et Métropolitaine.

Lors de la journée consacrée aux médias, Gallant et Trotz ont chacun analysé la descente aux enfers du Canadien de Montréal d'un œil très intéressé. Avant d'accepter le poste en Floride, Gallant a redoré son curriculum vitae en passant deux saisons comme adjoint à Michel Therrien derrière le banc du CH. Il connaît donc encore très bien le noyau fort de cette équipe.

«Quand tu perds des joueurs importants, tu ne peux faire autrement que de t'en ressentir les effets, a rappelé Gallant. Ils ont perdu le meilleur joueur de la ligue en Carey Price pour une longue période. Ils ne pensaient pas que ça les affecterait autant, mais ce sont des choses qui arrivent. En plus, ils ont manqué Brendan Gallagher pendant plusieurs semaines. Ils ont une bonne équipe, ils vont se replacer. Mais quand tu perds, ta confiance est affectée.»

Confiance en Therrien

Par amitié, mais aussi par respect pour l'homme, Gallant a tenu à défendre son ancien partenaire à Montréal.

«Je sais comment Michel doit se sentir, a-t-il expliqué. C'est un vrai professionnel. Il travaille fort pour faire sortir le meilleur de son équipe. Ils vont rebondir.

«Michel veut gagner, c'est un gagnant, a-t-il poursuivi. Il a connu du succès avec cette équipe depuis qu'il a pris les guides il y a quatre ans. Lorsqu'il a pris ce club, il occupait le 28e rang. Cette formation en a fait du chemin depuis cette période. Ces 25 derniers matchs ont été un sacré coup dur, mais ils vont s'en sortir. Ils ont besoin d'une série de victoires pour regagner confiance.»

Un lien avec Rinne

Avant d'aboutir à Washington, Trotz était l'homme de confiance chez les Predators de Nashville. Premier entraîneur-chef de l'histoire de l'équipe en 1998-1999, il a perdu son poste à la fin de sa 15e saison à Nashville, soit en 2013-2014.

Cette année-là, Pekke Rinne n'avait joué que 24 rencontres. Le gardien finlandais avait subi une opération à une hanche.

Trotz peut donc se remémorer de mauvais souvenirs quand il pense à la situation actuelle de Therrien avec le CH.

«Oui, je peux me placer dans les souliers de Michel quand je pense à ma dernière campagne à Nashville, a-t-il affirmé au Journal de Montréal. Au Tennessee, nous nous retrouvons dans un État où le football est roi et maître. Tu ne gagnes pas sans un grand quart-arrière au football. Au hockey, c'est la même histoire, mais avec ton gardien.»

«Quand tu perds un gardien du talent de Price, ça crée un immense trou, a-t-il continué. À ma dernière année avec les Predators, j'ai dirigé plus de 50 matchs sans Pekka. Nous en avons ressenti les effets. C'était difficile. Pour t'en sortir, tu as besoin d'une plus grande contribution de tous tes joueurs et ton deuxième gardien doit jouer du bon hockey. Quand tu perds un joueur étoile, et c'est encore pire à la position de gardien, tu peux t'en sortir pour une courte période, mais pour une longue période, ça devient vraiment pénible.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos