Kevin Dubé
Agence QMI

Granlund perce l'énigme Varlamov

Granlund perce l'énigme Varlamov

Mikael Granlund qui marque le but gagnant. Photo Hannah Foslien / Getty Images / AFP

Kevin Dubé

ST. PAUL - Le Wild du Minnesota a lancé 46 fois sur Semyon Varlamov, a contré le trio de Nathan MacKinnon, mais a tout de même eu besoin de tout son petit change pour venir à bout de l'Avalanche, hier soir, en prolongation, dans une victoire de 1-0.

Un but de Mikael Granlund, sur une belle pièce de jeu individuelle, avec un peu plus de cinq minutes écoulées à la période de prolongation a permis aux hommes de Mike Yeo de l'emporter et ainsi réduire l'écart de moitié dans leur série que l'Avalanche mène maintenant 2-1.

Varlamov a été la grande vedette du match, bloquant 45 rondelles pendant que l'Avalanche n'en dirigeait que 22 sur le filet de Darcy Kuemper, qui est devenu le premier gardien du Wild à réussir un blanchissage en séries.

«C'est un signe que nous avons continué de croire en nous même si on ne marquait pas. Le match aurait pu aller d'un côté comme de l'autre», a mentionné le capitaine Mikko Koivu.

Intraitable

Le Wild aurait pu sceller l'issue de la rencontre dès la période initiale. La troupe de Mike Yeo a complètement dominé les 20 premières minutes de jeu, appliquant une pression constante sur les joueurs adverses.

En fait, la seule et unique raison qui a permis aux hommes de Patrick Roy de retraiter au vestiaire avec une égalité de 0-0 a été le gardien Varlamov. Ce dernier a multiplié les arrêts, bloquant les 22 lancers dirigés vers lui lors de l'engagement, un record pour une période en séries chez le Wild.

«Leur gardien a été incroyable, a mentionné Zach Parise. Nous avons tout essayé. Nous avons attaqué le filet et eu de bons lancers de la pointe. Il a été solide.»

 

Coup salaud de Cooke

Lorsque le nom de Matt Cooke se retrouve sur la feuille de pointage, c'est rarement parce qu'il a réussi un tour du chapeau.

Encore hier, il a fait parler de lui pour les mauvaises raisons avec un coup de genou aux dépens du défenseur de l'Avalanche, Tyson Barrie.

Ce dernier n'est pas revenu dans le match, tandis que Cooke ne s'est vu décerner qu'une pénalité mineure de deux minutes sur la séquence. Celui-ci étant un récidiviste, son geste pourrait toutefois être révisé par le comité de discipline de la Ligue nationale.

«Ce coup de genou sur Tyson Barrie est sans contredit le jeu du match, a déploré Patrick Roy. Nous avons perdu notre meilleur défenseur offensif. Je crois aussi qu'il aurait pu recevoir une pénalité majeure de cinq minutes et être sorti de la rencontre. Ça aurait brisé leur momentum et nous aurions eu un avantage. Il y a des moments clés dans ce genre de match. Je suis certain que la Ligue prendra la bonne décision.»

L'entraîneur a confirmé que Barrie serait absent pour une période de quatre à six semaines.

Le prochain match aura lieu jeudi soir, à St. Paul.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos