Le frère de Patrick Roy se rétracte


Stéphane Cadorette

Dernière mise à jour: 21-05-2013 | 20h50

QUÉBEC - En affirmant la veille que son célèbre frère Patrick allait diriger l'Avalanche du Colorado, Stéphane Roy faisait allusion à ses intuitions plutôt qu'à une nouvelle officielle. C'est du moins le discours qu'il a tenu lorsqu'il est revenu mardi sur ses propos qui ont enflammé le monde du hockey.

Lundi soir, le frère du «33» annonçait sans équivoque sur son compte Facebook que Patrick Roy serait le prochain entraîneur-chef de l'Avalanche, des propos qu'il a poussés plus loin auprès du quotidien The Denver Post en ajoutant que l'équipe et son frangin finalisaient les détails de l'entente.

Mardi, Stéphane Roy a toutefois changé complètement son fusil d'épaule en retirant d'abord le fameux statut Facebook qui a fait le tour de l'Amérique du Nord.

Aussi sur Canoe.ca
Aussi sur Canoe.ca:
Les rumeurs repartent

Sur Le Journal de Montréal:
«Un beau défi pour Roy»

En entrevue téléphonique avec Le Journal de Québec en fin de journée, il a même laissé entendre que cette histoire n'était que fabulation journalistique.

«La seule chose que je peux dire, c'est que, sur ma page Facebook, je parlais de mon intuition, du gros bon sens et non pas comme une nouvelle confirmée», s'est-il d'abord défendu.

Propos déformés?

Selon le jeune frère de l'ancien gardien du Canadien de Montréal et de l'Avalanche, le journaliste Adrian Dater l'aurait ensuite contacté sans toutefois bien refléter la nature de leur échange.

«Évidemment, le Denver Post a carrément exagéré mes propos et a fait du sensationnalisme avec ça, comme les journaux savent le faire», a-t-il martelé.

L'ancien choix de troisième tour des North Stars du Minnesota a admis qu'il ne détenait aucune information privilégiée à propos de son frérot, répétant au passage qu'il ne faisait qu'énoncer ses impressions personnelles.

«Pour te dire à quel point je ne pouvais pas être au courant, je n'ai pas parlé à Patrick depuis au moins un mois», a-t-il dit.

On passe à un autre appel!

Courtois, mais visiblement agacé, Stéphane Roy a ensuite coupé court à la discussion. A-t-il discuté avec son frère ou un membre de l'organisation de l'Avalanche après s'être prononcé sur la place publique?

«Regarde, je te respecte et je comprends ce que tu fais, mais il faut que je te laisse», a-t-il terminé avant de raccrocher.

Courteau muet

Chose certaine, si Patrick Roy devait quitter le navire des Remparts de Québec au profit de l'Avalanche, la Ligue de hockey junior majeur du Québec perdrait du même coup l'une de ses figures de proue des dernières années.

Pour le moment, le commissaire Gilles Courteau préfère ne pas discuter de cette éventualité.

«Tant que la situation ne sera pas officialisée par les Remparts, ça restera au stade des rumeurs et je ne commenterai pas des rumeurs», a-t-il indiqué.

En tant qu'entraîneur, Patrick Roy a compilé un dossier 307-128-32 et remporté une coupe Memorial.

Dans la Ligue nationale, il a soulevé la coupe Stanley à quatre reprises. Deux de ses quatre conquêtes ont été réalisées dans l'uniforme de l'Avalanche (1996, 2001). Les deux autres ont été gagnées avec le Tricolore (1986, 1993).


Vidéos

Photos