Un premier directeur général européen dans la LNH

Dernière mise à jour: 13-02-2013 | 20h58

Les Blue Jackets de Columbus sont des habitués des bas-fonds du classement de la Ligue nationale de hockey (LNH) depuis quelques années et le nouveau directeur général, Jarmo Kekäläinen, semble bien motivé à faire changer les choses.

En entrevue à la chaîne TVA Sports quelques heures après sa nomination mercredi, le Finlandais a admis qu'un défi de taille l'attendait.

«Il y a beaucoup de fierté à Columbus. Ils veulent bâtir une bonne équipe à long terme. Tout est là, il ne faut que relever nos manches, commencer à travailler et établir un plan. On va bâtir cette équipe une brique à la fois», a-t-il imagé, en direct de la Finlande, qu'il quittera au cours des prochains jours, une fois son visa de travail obtenu.

Aussi sur Canoe.ca

Pour Kekäläinen, le repêchage est primordial lorsque l'on bâtit une équipe. C'est pourquoi il veut prendre le temps de rencontrer tous les recruteurs, lire les rapports et se déplacer pour voir jouer les hockeyeurs qu'ils ont dans leur mire.

«J'ai toujours aimé bâtir une équipe à partir du repêchage, je crois beaucoup au développement des joueurs, a-t-il souligné. C'est un sport d'équipe, alors ce n'est pas juste une question d'un individu. C'est plutôt une question de culture, de travail et de chimie. C'est une des raisons pour lesquelles j'aime diriger. J'aime voir les jeunes joueurs passer de bons à excellents, d'espoirs à professionnels.»

Du positif

Même si les Blue Jackets ont terminé au dernier rang de la LNH l'an dernier avec une désolante fiche de 29-46-7 et qu'ils occupaient avant les matchs de mercredi le 13e rang dans l'Association de l'Ouest (4-7-2), Kekäläinen voit du positif dans cette formation.

«C'est une équipe compétitive, qui travaille fort, a-t-il tranché. Je ne suis pas du genre à analyser et à critiquer ce qui a été fait par le passé. J'essaie toujours de regarder l'avenir et de voir les choses du bon côté. C'est dans cette direction que nous allons et nous avons un bel avenir. C'est à nous d'aller de l'avant.»

L'homme de 46 ans a dit vouloir apporter «tout ce qu'il avait appris jusqu'ici», tout en précisant qu'il s'amenait en Ohio avec «l'esprit très ouvert et une approche très humble.»

Les Blue Jackets ont trois choix de premier tour au prochain repêchage, ce qui semble réjouir le nouveau directeur général.

«C'est une belle opportunité pour l'équipe, a-t-il admis. Ça nous donne beaucoup d'options, que ce soit de transiger pour repêcher plus rapidement, ou plus tard. Mais je vais attendre de voir ce que les recruteurs ont en tête.»

En attendant de traverser l'Atlantique pour remplir ses nouvelles fonctions, Kekäläinen peut tout de même prendre un moment afin de savourer ce qui lui arrive.

«Ç'a toujours été un but et un rêve d'être directeur général dans la LNH. J'ai essayé de travailler fort pour y parvenir un jour. Et que ce rêve se réalise, c'est bien, mais ce n'est qu'un début. C'est maintenant que le travail commence.»

Le premier Européen

Kekäläinen devient ainsi le premier directeur général européen de l'histoire de la LNH et le troisième de l'histoire des Blue Jackets.

Occupant ce poste avec les Jokerit d'Helsinki dans la SM-liiga en Finlande, il a déjà été directeur du personnel hockey chez les Sénateurs d'Ottawa, ainsi que celles d'adjoint au directeur général des Blues de St. Louis au début des années 2000.

«Le hockey est vraiment un jeu planétaire et il y a peu de personnes possédant plus de connaissances du jeu que Jarmo Kekäläinen, avait indiqué plutôt dans la journée le président des opérations hockey des Jackets, John Davidson. Il est intelligent, travaillant et un excellent évaluateur de talent.»



Vidéos

Photos