Les Sénateurs sont en furie


Bruce Garrioch

KANATA, Ontario - Au lendemain de leur revers de 2-1 encaissé aux mains du Canadien de Montréal, les Sénateurs d'Ottawa voyaient encore rouge à propos du but refusé au défenseur André Benoit.

Les membres de l'organisation jurent qu'ils n'accepteront jamais la décision de l'arbitre Brian Pochmara, qui a imposé une pénalité à la recrue Jakob Silfverberg pour avoir commis de l'obstruction à l'égard du gardien Carey Price. Tout cela a ainsi annulé le filet inscrit par Benoit en troisième période.

Cependant, l'entraîneur-chef Paul MacLean, qui avait refusé de répondre sous le coup de l'émotion aux questions des journalistes après la défaite, a indiqué qu'il comprend bien que les officiels feront parfois des erreurs.

Interrogé à savoir s'il était disposé à contester la décision des arbitres et à demander une reprise vidéo de la séquence, MacLean a précisé ne pas être certain que cela soit la réponse.

«J'aurais sûrement été un partisan de la chose [dimanche soir], mais je ne sais trop maintenant [lundi], a-t-il mentionné. Les officiels forment un groupe très professionnel et ils ont un travail difficile à faire. Nous sommes tous déçus quand un truc semblable arrive.

«Toutefois, nous ne pouvons aller au-delà du fait que c'est dur. À un certain point, il y aura des erreurs commises. Nous devons seulement aller de l'avant et jouer la prochaine rencontre.»

Il faut prévoir que Pochmara recevra vraisemblablement un appel du directeur de l'arbitrage de la Ligue nationale (LNH), Terry Gregson, afin de discuter de la vidéo et de la pénalité. D'ailleurs, MacLean n'a pas complètement écarté l'idée de la reprise.

«Je suis tout à fait favorable pour qu'on fasse les bons choix, a-t-il ajouté. Nous avons beaucoup d'instruments technologiques. Tant que nous pouvons prendre les décisions appropriées, peu importe si ce processus est long, c'est comme ça que cela devrait être. Si c'est la façon de faire qu'il faut, alors allons-y.»

Les Sénateurs ne peuvent se permettre de continuer à broyer du noir à cause d'un simple jeu qui ne s'est pas conclu en leur faveur et qui leur a coûté deux précieux points. Ils entameront un séjour de quatre rencontres à domicile qui en dira long sur la tangente que prendra leur saison.

«C'est ainsi que ça se passe, a exprimé le capitaine Daniel Alfredsson. Nous ne pouvons plus rien y faire. Nous devons poursuivre notre parcours. Nous devons provoquer plus de ces situations où nous avons des gens devant le filet adverse lorsque la rondelle s'y dirige.

«Voilà la manière de marquer plusieurs buts.»

Alfredsson a affirmé que les officiels s'ajustent encore aux règles de la LNH relatives à l'obstruction et aux plongeons.

«Cela leur prendra du temps afin d'être constants soir après soir sur ce qui doit être sanctionné. Une fois que vous avez compris les standards, vous savez ensuite à quoi vous attendre.»

Murray furieux

Pour sa part, le directeur général de l'équipe, Bryan Murray, a plutôt été fumant.

«Pourquoi le but a-t-il été refusé?», a-t-il lancé haut et fort à l'extérieur d'un ascenseur rempli de journalistes, dimanche.

À ce sujet, Murray a été clair : «Silfverberg n'a pas touché à Price».

Quant à Benoit, il a dû faire une croix sur le premier but de sa carrière dans la LNH. Une décision qui a surpris le Franco-Ontarien, qui compte trois mentions d'aide depuis le début de la saison.

«Sur le coup, je ne comprenais pas trop ce qui se passait, a-t-il spécifié. Cette décision m'a surpris. J'étais déçu, en plus, il s'agissait du but égalisateur.»

- Avec TVA Sports


Vidéos

Photos